EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Johnson & Johnson : pour l'Agence européenne des médicaments, le bénéfice l'emporte sur le risque

Johnson & Johnson : pour l'Agence européenne des médicaments, le bénéfice l'emporte sur le risque
Tous droits réservés David Zalubowski/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés David Zalubowski/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Vaccin Johnson & Johnson : l'Agence européenne des médicaments estime que la balance bénéfice/risque reste "positive".

PUBLICITÉ

Plus de bénéfices que de risques, alors feu vert. Pour l'Agence européenne des médicaments, le vaccin Johnson & Johnson contre le Covid-19, sur lequel comptent de nombreux pays pour accélérer les campagnes d'immunisation, peut être employé.

Un avis qui conforte les nations qui veulent administrer ce vaccin dont l'avantage est d'avoir une seule dose.

Aux Etats-Unis huit cas de caillots sanguins chez des femmes vaccinées, âgées de plus de 60 ans, avaient mis le vaccin en suspens.

Le Dr Sabine Straus, présidente du comité de sécurité et pharmacologie à l'Agence européenne du médicament, rappelle les signaux alarmants :

"Les symptômes comprennent un essoufflement, des douleurs thoraciques, un gonflement de la jambe, des douleurs abdominales persistantes, des symptômes neurologiques, notamment des maux de tête sévères ou persistants ou une vision floue, des ecchymoses sur la peau. Les personnes présentant l'un de ces symptômes après la vaccination doivent consulter un médecin. En cas de prise en charge précoce, les professionnels de santé peuvent aider les personnes dans leur rétablissement et éviter d'autres complications."

Les Etats-Unis pourraient décider dans la semaine d'une reprise de la vaccination avec le produit Johnson & Johnson. La France estime que comme le vaccin controversé AstraZeneca, celui-ci est indispensable pour accélérer la vaccination.

Le gouvernement espère que 30 millions de Français auront reçu une première dose mi-juin, quel que soit le produit.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Royaume-Uni cherche à rétablir ses relations avec l'UE

La présidence hongroise de l'UE divise Bruxelles et les Hongrois

No Comment : les incendies en Albanie progressent vers le nord et durent depuis trois semaines