DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : l'Inde toujours débordée, l'aide internationale se prépare

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Covid-19 : l'Inde toujours débordée, l'aide internationale se prépare
Tous droits réservés  AP Photo/Rajesh Kumar Singh
Taille du texte Aa Aa

Débordée par les nouveaux cas et les décès dus au Covid-19, l'Inde va recevoir de l'aide de l'étranger.

Le Royaume-Uni et l'Union européenne ont notamment promis d'envoyer du matériel médical d'urgence à l'Inde. Ce dimanche encore 350 000 personnes ont contracté le virus en une seule journée et plus de 2 700 personnes en sont mortes dans le pays. De tristes records qui se répètent depuis plusieurs jours.

La capitale New Delhi est l'agglomération la plus touchée. Le confinement en vigueur a été prolongé d'une semaine, a annoncé le ministre en chef de Delhi, Arvind Kejriwal. "Ces derniers jours, il y a une grave pénurie d'oxygène", a-t-il averti. "Les ravages du coronavirus se poursuivent et il n'y a pas de répit".

"Grave pénurie d'oxygène à New Delhi"

L'Union européenne va apporter son aide au pays. "L'UE met en commun ses ressources pour répondre rapidement à la demande d'assistance de l'Inde par le biais du mécanisme européen de protection civile" a indiqué dans un tweet, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, qui se dit "alarmée par la situation épidémiologique" dans le pays.

Dans un communiqué, le gouvernement allemand a également fait part de sa solidarité affirmant préparer d'urgence une mission de soutien. En France, l'Elysée a aussi annoncé ce dimanche que Paris apporterait "dans les prochains jours un soutien significatif en capacités d'oxygène" à New Delhi.

Par ailleurs, plusieurs pays ont suspendu leurs liaisons aériennes avec l'Inde. Certains comme l'Allemagne et l'Italie ont fermé leur portes aux ressortissants indiens, ne laissant entrer que leurs propres citoyens soumis à des tests.

Contrôles renforcés face au variant indien

La France a elle renforcé son protocole pour les voyageurs en provenance de cinq pays à risques, le Brésil, l'Inde, l'Afrique du Sud, l'Argentine et le Chili. Dix jours d'isolement vont s'ajouter aux tests de dépistage.

Le Premier ministre Jean Castex s'est voulu rassurant. Il s'est exprimé depuis l'aéroport parisien de Roissy : "Lorsqu'elles arrivent, ces personnes font toutes l'objet d'un test. Je suis allé m'en assurer moi-même, et ensuite elles font toutes l'objet d'un arrêté préfectoral de mise en quarantaine, qui est ensuite diffusé dans toutes les préfectures de France où les personnes vont effectuer leur quarantaine, pour que les contrôles de son effectivité soient assurés. Donc toutes les précautions sont prises."

Après la Belgique jeudi, la Suisse a annoncé ce samedi avoir détecté le premier cas du variant indien. Il s'agissait d'un passager arrivé sur le territoire après avoir transité par un aéroport européen.