DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Turquie : le lac qui séduit les martiens (et les touristes)

euronews_icons_loading
Le lac Salda en Turquie, le 09/04/2021 - capture d'écran d'une vidéo AFP
Le lac Salda en Turquie, le 09/04/2021 - capture d'écran d'une vidéo AFP   -   Tous droits réservés  Screengrab from AFP video.
Taille du texte Aa Aa

Trésor de biodiversité, étudié par la Nasa dans ses préparatifs de mission sur Mars, le lac Salda est victime de sa notoriété et désormais menacé par le tourisme de masse.

Le lac Salda, situé dans le sud-ouest de la Turquie, est un site naturel unique au monde.

Dans ses profondeurs, il recèle une faune et une flore qui intéressent particulièrement les scientifiques, et notamment ceux de l'agence spatiale américaine (Nasa).

Les micro-organismes qu'on trouve là sont endémiques. Et surtout, ils pourraient être similaires à ceux présents - peut-être - sur la planète Mars.

Les experts de la Nasa sont d'ailleurs venus ici faire des études, des simulations, pour préparer le déploiement du Rover Perseverance sur la planète rouge.

Le cratère Jezero (où la sonde martienne de la Nasa s'est posée, NDLR) a un forte ressemblance avec le lac. On pourrait y trouver des organismes unicellulaires comme ceux qui sont à l'origine de la vie ici.
Ce lac est précieux car il est inchangé depuis plus de 3 millions d'années.
Servet Cevni
ingénieur en géologie

Afflux de touristes

Mais voilà, l'intérêt scientifique de ce lac s'accompagne désormais d'une notoriété touristique.

Des visiteurs viennent, par milliers, admirer les plages de sable blanc, et même se baigner dans les eaux turquoises. Au grand dam des défenseurs de l'environnement.

Gazi Osmak Sakar est responsable de l'Association de préservation du lac Salda.

« L'avenir du lac est en danger si des millions de personnes viennent. Et au final, cela ne rendra même pas service à l'industrie touristique. __C'est pourquoi il faut que ce lac soit protégé ! »

Le "Jardin national" et l'Unesco

Les autorités ont bien prévu de faire de toute la zone, un parc naturel protégé, appelé "Jardin national".

Mais certains militants écologistes doutent de son efficacité pour protéger effectivement le lac.

Nazli Oral Erkan est avocate, experte environnementale.

« Si le projet "Jardin national" va de l'avant, il risque de s'accompagner d'une augmentation de l'activité humaine sur le site. Alors qu'ici, en fait, nous sommes dans une sorte de musée naturel. __Il faudrait plutôt envisager de le visiter à distance. »

Certains militants en appellent désormais à l'UNESCO pour obtenir le classement du site au patrimoine de l'humanité, afin qu'il soit effectivement mieux protégé.