DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Neutralité carbone : l'AIE recommande de renoncer dès maintenant à tout nouveau projet fossile

euronews_icons_loading
Neutralité carbone : l'AIE recommande de renoncer dès maintenant à tout nouveau projet fossile
Tous droits réservés  أ ف ب
Taille du texte Aa Aa

C'est une tâche monumentale, mais indispensable pour assurer un futur vivable. Voici le message de l'AIE, l'Agence Internationale de l’énergie, qui livre sa feuille de route pour maintenir le réchauffement climatique sous la barre des 1,5° Celsius.

Pour atteindre l'objectif de « zéro émission nette » en 2050, l'agence prône une mutation radicale et systémique : le monde doit renoncer dès maintenant à tout nouveau projet pétrolier ou gazier, et interrompre ses investissements dans le charbon. L'agence recommande d'interdire la vente de véhicules thermiques dès 2035. Ainsi, le secteur mondial de l'électricité aura déjà atteint des émissions nettes nulles en 2040.

Euronews
La feuille de route de l'AIE vers la neutralité carbone en 2050.Euronews

Au total, l'AIE livre 400 recommandations. Elle estime notamment nécessaire de multiplier par quatre le rythme de développement des énergies renouvelables d'ici 2030, tout en triplant la vitesse actuelle de réduction de la consommation d'énergie.

Création de nombreux emplois

Les transformations majeures prônées par l'AIE auront un coût : ainsi les investissements dans le secteur de l’énergie devront passer de 2 000 milliards à 5 000 milliards de dollars par an d'ici 2030.Mais cette augmentation des investissements pourra entraîner une hausse de la croissance mondiale et créer de nombreux nouveaux emplois, assure l'agence.

De nombreuses villes à travers le monde son sur la voie de cette transition. C'est le cas de Lisbonne, qui a investi près de 60 millions d'euros en avril pour développer ses transports en communs. 15 nouveaux tramways et 30 bus électrique seront prochainement mis en circulation.

"Nous savons qu'à Lisbonne, la plupart de nos émissions proviennent des transports, et nous devons donc agir dans ce domaine, explique Miguel Gaspar, adjoint au maire de Lisbonne chargé de la mobilité. Nous avons une politique forte pour promouvoir les transports publics. Nous avons réduit les tarifs, et l'année dernière, la demande a augmenté de près de 30 %."