DERNIERE MINUTE
Advertising
This content is not available in your region

Proche-Orient : un cessez-le-feu, oui, mais le feu couve toujours

euronews_icons_loading
Proche-Orient : un cessez-le-feu, oui, mais le feu couve toujours
Tous droits réservés  Khalil Hamra/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Le cessez-le-feu conclu entre Israéliens et Palestiniens semble respecté. Après 11 jours de conflit, l'heure est au bilan. Et de chaque côté, on insiste sur les revers infligés à l'ennemi.

La vie a repris un cours à peu près normal au Proche-Orient, preuve du respect du cessez-le-feu conclu la nuit dernière.

Pas de bombardements israéliens sur la bande de Gaza.

Pas de tirs de roquettes depuis l'enclave palestinienne vers l'Etat hébreu.

Mais au terme de onze jours de conflit, l'heure est au bilan : les habitants constatent les dégâts et se retroussent les manches pour reconstruire.

Pour nous, la trêve n'efface pas les destructions.
Azhar
habitante de Gaza

« Il y a eu beaucoup de destruction, se désole Azhar, habitante de Gaza. Ceux qui saluent la trêve, ce sont ceux qui n'ont pas été touchés, ceux qui n'ont pas perdu de proches. Parce que pour nous, la trêve n'efface pas les destructions et tout ce qu'on a perdu. »

Heurts sur l'Esplanade des Mosquées

Si les armes se sont tues dans la bande de Gaza, la tension, elle, reste vive en Cisjordanie.

Des heurts ont éclaté ce vendredi sur l'Esplanade des mosquées à Jérusalem-est, entre Palestiniens et policiers israéliens.

Trêve conclue trop tôt ?

Côté Israélien, les avis sont partagés, entre ceux qui expriment le soulagement après plusieurs jours d'angoisse liés aux tirs de roquettes, et puis ceux qui estiment que la trêve a été conclue trop tôt.

Cela recommencera plus tard, et il y aura de nouveaux morts. C'est désespérant !
Netanel
habitant de Jérusalem

« La situation est compliquée, commente Netanel, résident de Jérusalem. A chaque fois qu'il y a un conflit, c'est la même chose : ils attaquent, on riposte, il y a des morts... Et quand on est sur le point de remporter le conflit, il y a un cessez-le-feu. Mais ça recommencera plus tard, et il y aura de nouveaux morts. C'est désespérant. »

Des chefs qui pérorent

Ce conflit aura fait près de 250 morts dans la bande de Gaza et 12 en Israël. Et de chaque côté, les leaders pérorent, soulignant les revers infligées à l'ennemi.

Ainsi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou qui affirme que les coups portés par l'armée israélienne au mouvement Hamas ont "changé la donne".

« Grâce à l'opération militaire, dit-il, nous avons marqué des points. L'équation n'est désormais plus la même, et je pense que cela va durer. »

De son côté, le Hamas parle aussi de victoire, estimant avoir réussi à déjouer l'armée israélienne au travers des milliers de roquettes tirées depuis Gaza.

Et le mouvement islamiste de laisser entendre qu'il était prêt à reprendre les hostilités en cas d'"agression" israélienne.