DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le variant indien inquiète l'Europe

euronews_icons_loading
Le variant indien inquiète l'Europe
Tous droits réservés  /AFP
Taille du texte Aa Aa

Avec un variant indien en pleine progression au Royaume-Uni, c'est une étude qui était attendue par les autorités de santé. Selon l'institut Public Health England, les vaccins Pfizer et AstraZeneca sont bien efficaces contre cette mutation du Covid-19, respectivement à 88 et 60% après la deuxième dose. Le gouvernement intensifie donc aujourd'hui le message pour que les deux vaccins soient administrés.

"Ces nouvelles données montrent qu'après la deuxième injection, le vaccin est tout aussi efficace que contre l'ancien variant. Et ce que cela signifie pour tous ceux qui nous regardent, c'est que vous devez vous présenter et vous faire vacciner une deuxième fois. Il s'agit d'un effort d'équipe. Toute la nation est dans l'équipe et nous pouvons nous en sortir tant que nous allons tous chercher notre première dose ainsi que la deuxième", a expliqué Matt Hancock, le ministre britannique de la Santé.

De l'autre côté de la Manche, la France accélère également son programme de vaccination à mesure que de nouveaux variants apparaissent. A Bordeaux, après la découverte d'un variant provoqué par une mutation de la souche anglaise, les autorités tentent d'en limiter sa propagation.

La France envisage également des restrictions plus strictes à l'arrivée des voyageurs en provenance du Royaume-Uni et ce notamment à l'approche des vacances d'été, l'hexagone étant une destination prisée des britanniques.

"L'arrivée du variant indien et la multiplication des cas du variant indien au Royaume-Uni posent problème et donc nous sommes vigilants sur ce point en relation avec les autorités britanniques. Ce ne sera pas le traitement rouge si nous devons le faire. Il s'agira d'un traitement intermédiaire", a détaillé Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères.

L'Allemagne a déjà désigné le Royaume-Uni comme zone de mutation au regard du développement du variant.

Depuis ce dimanche, tous les voyageurs venant de ce territoire sont soumis à une période de quarantaine de deux semaines, qui ne pourra être raccourcie même en cas de test négatif.

L'Espagne, elle, n'a pas de telles réserves. À partir d'aujourd'hui, les citoyens britanniques peuvent s'y rendre sans restrictions. Bien que le Royaume-Uni ait inscrit le pays sur sa liste orange, c'est-à-dire déconseillée aux voyageurs, les Britanniques en mal de soleil y sont attendus dans les jours à venir.