PUBLICITÉ

Dieselgate : Renault mis en examen pour "tromperie"

Des employés de Renault dans l'usine de Maubeuge en 2018
Des employés de Renault dans l'usine de Maubeuge en 2018 Tous droits réservés Francois Mori/Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Francois Mori/Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le constructeur français Renault a été mis en examen ce mardi pour "tromperie", accusé d'avoir installé un logiciel sur d'anciens véhicules diesel afin de tromper les contrôles antipollution.

PUBLICITÉ

Renault est rattrapé par l'affaire dite du "Dieselgate", le scandale des moteurs diesel truqués.

Le constructeur français a été mis en examen ce mardi pour "tromperie", accusé d'avoir installé un logiciel sur d'anciens véhicules diesel afin de tromper les contrôles antipollution.

Le groupe Renault a immédiatement contesté ces allégations. Les soupçons avaient débuté fin 2016 quand le service de répression des fraudes avait évoqué dans un rapport des écarts d'émission particulièrement importants entre les performances de certains modèles Renault au moment de leur homologation en laboratoire et lors de leur utilisation en conditions réelles.

Renault n'est pas le seul constructeur a faire l'objet d'une enquête en France. Des informations judiciaires visent également PSA et Fiat-Chrysler, réunis aujourd'hui dans le groupe Stellantis.

L'affaire du Dieselgate avait éclaté en 2015 quand le constructeur allemand Volkswagen avait reconnu avoir équipé 11 millions de ses véhicules diesel d'un logiciel capable de dissimuler des émissions dépassant parfois jusqu'à 40 fois les normes autorisées. Le scandale, qui a donné lieu à de nombreuses poursuites judiciaires, a déjà couté 30 milliards d'euros à Volkswagen.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un nouveau revers pour Volkswagen dans l'affaire du Dieselgate

Une amende de 875 millions d’euros pour Volkswagen et BMW

Procès du "Dieselgate" : l'ancien patron d'Audi plaide coupable