DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Hongrie : "Consultation nationale" ou "propagande électorale" ?

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Hongrie : "Consultation nationale" ou "propagande électorale" ?
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Une nouvelle consultation nationale aux allures de tract électoral en Hongrie. Des formulaires comportant douze questions ont commencé à être adressés par voie postale à la population. La pandémie, George Soros, la pédophilie ou l'immigration : les thèmes abordés sont variés. Mais la formulation est toujours biaisée et cette consultation est loin d'être une réelle enquête d'opinion selon le directeur du principal institut de sondage du pays.

"Une des méthodes les plus utilisées lors de ces consultations consiste à commencer les questions par une déclaration que la personne interrogée doit accepter comme un fait. Elle est invitée ensuite à donner son avis dessus", explique Endre HANN de l'institut Median.

Dans les rues de Budapest, les avis sont partagés entre pro et anti-gouvernement.

"Je ne vais certainement pas renvoyer le questionnaire, car je pense que c'est de la propagande gouvernementale et je ne veux en aucun cas la soutenir, même pas en y répondant", réagit cette femme.

"Si quelqu'un, en particulier le gouvernement national hongrois, me pose des questions dans le cadre d'une consultation, je vais bien sûr y répondre et donner mon avis, qui est tout à fait positif" témoigne cet autre passant.

"Ils posent des questions dont les réponses sont évidentes. Voulez-vous cent mille forints, monsieur ? Qu'est ce que vous voulez répondre ?", dit cet homme.

Pour les analystes politiques, le parti du Premier ministre, le Fidesz tente de remettre ses thèmes de prédilection en avant alors les risques liés à la pandémie s'estompent. Un échauffement avant la prochaine campagne électorale.

"Bien sûr, la majorité des électeurs de l'opposition vont déchirer cette consultation nationale, mais c'est un moyen de renforcer l'engagement de leurs propres électeurs", estime Róbert LÁSZLÓ, analyste politique au think tank Political Capital.

La date butoir pour renvoyer les formulaires a été fixée au 25 août.