DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Afghanistan : le groupe Etat islamique revendique les tirs de roquette à Kaboul

Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Des personnels de sécurité inspectent un véhicule endommagé alors que trois roquettes ont été tirées près du palais présidentiel à Kaboul, le 20 juillet 2021
Des personnels de sécurité inspectent un véhicule endommagé alors que trois roquettes ont été tirées près du palais présidentiel à Kaboul, le 20 juillet 2021   -   Tous droits réservés  Rahmat Gul/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué mardi les tirs de trois roquettes ayant atterri près du palais présidentiel à Kaboul où de nombreux responsables étaient réunis autour du président Ashraf Ghani à l'occasion de l'Aïd al-Adha, la plus importante fête musulmane.

"Les soldats du califat ont visé le palais présidentiel du tyran afghan et la zone verte à Kaboul, avec sept roquettes Katioucha", a revendiqué l'organisation jihadiste dans un communiqué publié sur Telegram.

Trois roquettes, dont deux seulement ont explosé, sont tombées mardi matin non loin du palais présidentiel. L'attaque n'a pas empêché le président Ashraf Ghani de prononcer peu après les explosions, et en direct à la télévision, son traditionnel discours au premier jour de l'Aïd.

"Ils tirent quelques roquettes et croient que cela va nous obliger à abandonner nos prières, mais vous avez vu, personne n'a bougé. Ce pays ne peut pas être conquis avec des roquettes, il ne peut être gagné qu'avec le __cœur", a déclaré le président.

En mars 2020, une attaque à la roquette avait visé le lieu de la cérémonie d'investiture de M. Ghani à laquelle participaient des centaines de personnes. L'incident avait été revendiqué par l'EI.

Les talibans ont lancé début mai une offensive tous azimuts contre les forces afghanes, à la faveur du début du retrait définitif des forces internationales d'Afghanistan, prévu de s'achever fin août. Privées du crucial soutien américain, les forces afghanes ne contrôlent plus pour l'essentiel que les capitales provinciales et les axes majeurs.