Bruxelles : les 450 sans-papiers suspendent leur grève de la faim et de la soif

Grève de la faim des sans-papiers à Bruxelles, 17 juillet 2021
Grève de la faim des sans-papiers à Bruxelles, 17 juillet 2021 Tous droits réservés Francisco Seco/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Par Sandrine Delormeeuronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les sans-papiers ont stoppé leur grève de la faim et de la soif à Bruxelles. Sous pression, et redoutant un drame imminent, le gouvernement belge leur a tendu la main.

PUBLICITÉ

Sous pression, le gouvernement belge a tendu la main aux 450 sans papiers en grève de la faim depuis deux mois à Bruxelles.

Redoutant un drame imminent, le Premier ministre Alexander De Croo a semble-t-il assoupli sa position, même s'il affirme qu'"un gouvernement ne peut jamais accepter un chantage".

Ces 450 migrants en situation irrégulière, majoritairement originaires du Maroc et de l'Algérie, réclament des titres de séjour avec accès au marché du travail. Les dernières propositions du gouvernement ont été expliquées au comité de soutien des sans-papiers, et la grève de la faim a été suspendue mercredi après-midi. 

Selon l'ONG Médecins du monde, 300 d'entre eux avaient aussi commencé une grève de la soif le 16 juillet dernier, ils y ont également mis fin hier.

"C'était la seule bonne décision à prendre" selon le Premier ministre qui déplore le fait que des personnes aient dû être hospitalisées et que certaines d'entre elles sont encore en soin intensifs.

Pour négocier les titres de séjour, le comité de soutien a mis en avant les années passées de ces clandestins en Belgique ayant travaillé et travaillant dans des secteurs en manque de main d'oeuvre comme le bâtiment, la restauration ou le nettoyage.

Mais ce qui a sans doute pousser le gouvernement à réagir après des semaines d'impasse, c'est la visite récente de deux experts de l'ONU qui s'inquiétaient de la dégradation de l'état de santé de certains grévistes de la faim et de la soif, notamment parmi les quelque 250 hébergés de cette église bruxelloise, l'un des trois sites occupés de la capitale belge.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : les Berbères fêtent le Nouvel an

L'Iranienne Narges Mohammadi, Nobel de la Paix, entame une grève de la faim en prison

En grève de la faim, Thomas Brail, l'arboriste-militant, a été délogé de son platane à Paris