DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

JO-2020: positif au Covid-19, le perchiste américain Sam Kendricks est forfait

Access to the comments Discussion
Par Joanne Massard  & AFP
Le perchiste Sam Kendricks, lors du meeting d'athlétisme IAAF Golden Spike 2021 à Ostrava, le 19 mai 2021.
Le perchiste Sam Kendricks, lors du meeting d'athlétisme IAAF Golden Spike 2021 à Ostrava, le 19 mai 2021.   -   Tous droits réservés  MICHAL CIZEK / AFP
Taille du texte Aa Aa

L'Américain Sam Kendricks, double champion du monde de saut à la perche en 2017 puis en 2019, a été contraint de déclarer forfait pour les Jeux olympiques de Tokyo après avoir été testé positif au Covid-19, a annoncé jeudi le Comité olympique américain.

"Nous sommes tristes de confirmer que Sam Kendricks a été testé positif au Covid-19 et ne pourra pas concourir aux Jeux olympiques de Tokyo", a écrit l'USOPC (Le Comité olympique et paralympique des États-Unis) sur Twitter, à deux jours des qualifications de la perche, prévues samedi.

L'Américain, médaillé de bronze aux JO de Rio, a été placé à l'isolement dans un hôtel, a précisé l'USOPC.

Il était l'un des grands favoris des ces Jeux Olympiques

Même s'il avait été supplanté ces derniers mois par la montée en puissance d'Armand Duplantis, devenu le recordman du monde de la spécialité en 2020 (6,18 m), Sam Kendricks pouvait faire valoir sa solide expérience pour tenter de titiller le prodige suédois et était l'un des grands favoris pour décrocher au moins un podium aux JO.

Avec un saut à 5,92 m, l'Américain est le deuxième performeur mondial de l'année en extérieur à égalité avec son compatriote Chris Nilsen et le Français Renaud Lavillenie.

La défection de Kendricks laisse la voie encore plus libre à Duplantis, le seul à avoir franchi une barre à plus de 6 m en 2021 en plein air (6,10 m, le 6 juin à Hengelo) et qui tentera d'obtenir à Tokyo le plus grand titre de sa jeune carrière après deux médailles d'or continentales (en 2018 en plein air à Berlin et en 2021 en salle à Torun).

Le Français Renaud Lavillenie, champion olympique 2012 et ex-détenteur du record du monde, est en effet arrivé diminué au Japon après avoir été victime d'une entorse de la cheville gauche le 11 juillet.

Cas contacts, plusieurs athlètes australiens placés à l'isolement

Plusieurs athlètes de la délégation australienne ont été placés à l'isolement en tant que cas contacts du perchiste américain Sam Kendricks, annoncé positif au Covid peu avant, a annoncé jeudi la fédération australienne d'athlétisme (AA).

L'AA ne précise pas le nombre d'athlètes concernés par cette mesure, mais indique qu'ils sont actuellement soumis à des tests, en lien avec le protocole établi.

Selon le journal le Sydney Morning Herald, 63 athlètes australiens seraient concernés.

Le Sydney Morning Herald indique que le perchiste australien Kurtis Marschall a été confirmé comme cas contact de Kendricks et que d'autres athlètes ont pu avoir des interactions avec l'américain.

L'annonce de ce cas positif et le placement à l'isolement de plusieurs athlètes australiens interviennent à la veille du début des épreuves d'athlétisme, vendredi au Stade olympique de Tokyo.

Les organisateurs des JO-2020 à Tokyo défendent l'efficacité de leurs "contre-mesures" face au coronavirus

Alors que 24 nouveaux cas de personnes liées aux Jeux ont été rapportés et que les chiffres des infections atteignent des records au Japon.

Au moins 193 sportifs, membres de l'encadrement, personnel auxiliaire des JO ou encore journalistes ont été testés positifs au coronavirus au Japon depuis le 1er juillet (dont 109 résidents du pays), selon le dernier pointage jeudi de Tokyo-2020, (un recensement quotidien ne prend pas en compte les cas signalés aux aéroports et dans les camps de base des délégations).

Mercredi, le Japon a enregistré 9.583 nouveaux cas de Covid-19 sur son territoire, un nouveau record pour le pays, et 3.177 de ces cas ont été recensés à Tokyo, un pic local inédit là aussi.

Nous avons probablement la communauté la plus testée au monde et en plus de cela, les restrictions au Village olympique sont drastiques.
Mark Adams
Porte-parole du CIO

Le Comité international olympique (CIO) lui, conteste tout lien entre la tenue des Jeux et la nouvelle vague d'infections au Japon, qui avait commencé avant l'événement.

"Autant que je sache, il n'y a pas un seul cas" connu de transmission du coronavirus de sportifs ou du personnel olympique à des habitants de Tokyo, a déclaré jeudi devant la presse Mark Adams, porte-parole du CIO. "Nous avons probablement la communauté la plus testée au monde et en plus de cela, les restrictions au Village olympique sont drastiques", a-t-il souligné.

Sur "310.000 tests de dépistage, le taux de positivité est de 0,02%", a encore insisté M. Adams, comme pour relativiser les inquiétudes de l'opinion publique japonaise vis-à-vis des Jeux qui se tiennent presque intégralement à huis clos.

Les JO n'exercent pas non plus une pression supplémentaire sur le système médical du pays pour le moment : seulement deux personnes liées à l'événement sont actuellement hospitalisées, et les délégations s'appuient généralement sur leurs propres équipes médicales.

L'état d'urgence sanitaire (un dispositif du gouvernement japonais consistant surtout à réduire les horaires d'ouverture des bars et restaurants et à leur interdire en théorie de vendre de l'alcool) a été réinstauré le 12 juillet à Tokyo et doit durer jusqu'au 22 août pour le moment.

Le Japon a été jusqu'ici moins touché par la pandémie que beaucoup d'autres pays, avec quelque 15.150 décès dus au coronavirus recensés dans l'archipel depuis son apparition. Mais la vaccination y a démarré plus lentement que dans d'autres pays industrialisés: 27% de la population nationale a reçu deux injections pour l'heure