DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Exilés : les refoulés du village serbe de Majdan rêvent d'Europe

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AP
euronews_icons_loading
Des migrants marchent dans un champ près du village de Majdan, en Serbie, jeudi 22 juillet 2021.
Des migrants marchent dans un champ près du village de Majdan, en Serbie, jeudi 22 juillet 2021.   -   Tous droits réservés  Photo : Darko Vojinovic (Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.)
Taille du texte Aa Aa

Une clôture grillagée marque la frontière entre la Serbie et la Hongrie.

Côté serbe, de nombreux exilés rêvent de pouvoir la franchir et gagner l'Europe occidentale en quête d'une vie meilleure.

Pour toutes celles et ceux qui ont tenté le passage, et qui ont été refoulés en Serbie, des maisons abandonnées du village de Majdan font office de refuge précaire et temporaire. Certains y passeront plusieurs mois.

Aadam Ahmed, exilé somalien, a été refoulé de Hongrie et de Roumanie à neuf reprises le mois dernier.

"La police en Roumanie m'attrape et me renvoie en Serbie. En Serbie, je vais dans une maison et je lave mes vêtements, je fais la cuisine, mais une prochaine fois, je repartirai. J'essaierai encore."
Aadam Ahmed
Exilé somalien

Des groupes de personnes marchant dans une chaleur torride à travers des champs de maïs ou de tournesol vers la frontière avec la Roumanie sont quelque chose de courant à Majdan.

La frontière entre la Hongrie et la Serbie étant clôturée pour empêcher leur passage, les exilés de Majdan se dirigent d'abord vers la Roumanie, puis vers la Hongrie.

"Il y a la peur en Somalie, la vie n'est pas bonne, en Europe la vie est bonne, on se sent bien. Ce jeu de traverser la frontière, ça fait déjà 14 fois. Je vais essayer de la Roumanie à la Hongrie pour voir si j'ai plus de chance."
Abdifitah Ahmed
Exilé somalien

A plusieurs reprises, des militants des droits humains ont dénoncé ces refoulements de personnes. Ils constituent selon eux une violation des normes internationales et de celles de l'Union européenne qui interdisent le renvoi forcé de personnes vers d'autres pays sans examiner leur situation individuelle ni leur permettre de demander l'asile.