DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

A Kaboul, les derniers vols occidentaux, les banques désespérément fermées

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP, AP
euronews_icons_loading
A Kaboul, les derniers vols occidentaux, les banques désespérément fermées
Tous droits réservés  Sgt. Samuel Ruiz/AP
Taille du texte Aa Aa

Les dernières rotations depuis l'aéroport de Kaboul avant la fin des évacuations prévue mardi.
**
Par ailleurs, des Afghans ont manifesté ce samedi pour réclamer la réouverture des banques, fermées depuis l'arrivée des talibans.**

Des avions décollent encore de Kaboul, mais les rotations aériennes touchent à leur fin.

Les Britanniques devaient cesser leur pont aérien ce samedi.

Les Américains, eux, prévoient de quitter définitivement le territoire afghan le 31 août.

Et pourtant, des milliers d'Afghans espèrent toujours fuir le pays dans l'un de ces vols. Ils seraient plus de 5000, ces civils réfugiés dans l'enceinte de l'aéroport.

A l'extérieur, les foules se sont dissipées depuis le double attentat de jeudi. Une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique et qui a fait plus d'une centaine de morts.

Les talibans tirent en l'air pour disperser ceux qui voudraient malgré tout se rassembler à l'entrée de l'aéroport.

"On ne peut pas avoir d'argent liquide"

Ailleurs en ville, la vie est loin d'être revenue à la normale ! Beaucoup de commerces et de banques sont restés fermés depuis le 15 août et l'arrivée des talibans.

Cela complique la vie de la population. Au point que certains ont manifesté leur colère ce samedi dans les rues.

« On a beaucoup de problème avec les banques, explique un homme, sous couvert d'anonymat. Il faut vraiment que le 'gouvernement' fasse quelque chose pour que les banques rouvrent. On a aucun moyen d'avoir accès à nos comptes bancaires. On ne peut pas avoir d'argent liquide. En plus, il y a beaucoup de gens qui sont partis en laissant leur argent sur leur compte. Là, les banques sont bloquées, et ça paralyse tout le monde. »

Qui pour gérer l'aéroport ?

A mesure que se rapproche la date du 31 août, se pose la question de la gestion même de l'aéroport de Kaboul.

Jusqu'ici, l'Otan jouait un rôle-clé: son personnel civil s'occupait du contrôle du trafic aérien, tandis que des contingents militaires étaient chargés de la sécurisation.

Les talibans seront-ils en mesure d'assurer, seuls, toutes ces tâches ?

Des discussions sont en cours, incluant notamment la Turquie et le Qatar.