PUBLICITÉ

À Kaboul, une vie quotidienne très difficile

À Kaboul, une vie quotidienne très difficile
Tous droits réservés Khwaja Tawfiq Sediqi/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Khwaja Tawfiq Sediqi/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.
Par Anelise Borges
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

"La plupart des gens n'ont rien à manger parce que leur argent se trouve dans les banques et que les banques ont bloqué leur argent", témoigne un Afghan. Un reportage de notre envoyée spéciale à Kaboul, Anelise Borges.

PUBLICITÉ

Des milliers de personnes faisant la queue devant les banques pour tenter de retirer leur argent : depuis plusieurs jours, les scènes comme celle-ci se multiplient dans la capitale afghane. Les habitants ne peuvent obtenir que 20 000 afganis à chaque fois, soit environ 200 dollars. Un plafond imposé par les talibans, en raison d'une pénurie de devises dans le pays.

"Beaucoup de ces hommes m'ont dit qu'ils avaient une famille à charge, certains ont des entreprises et doivent payer les salaires de leurs employés. Ils affirment qu'ils viennent depuis des jours, mais qu'ils ne peuvent accéder à aucun fonds", raconte Anelise Borges, notre envoyée spéciale à Kaboul.

"Je suis venu ici trois fois, pendant trois jours, tôt le matin à 5 heures et j'attends jusqu'à 14 heures. Mais deux fois, je n'ai pas pu retirer mon argent", témoigne un Afghan. 

"La plupart des gens n'ont rien à manger parce que leur argent est dans les banques et que les banques ont bloqué leur argent, affirme un autre homme. Il y a les familles, il y a des enfants, des femmes, des filles dans les hôpitaux qui n'ont pas d'argent pour payer leurs traitements. Nous ne savons pas qui nous devons appeler. Il n'y a pas de gouvernement ici en ce moment. Les talibans ont tout verrouillé partout. La situation est critique."

Le gouvernement toujours pas annoncé

Les Afghans attendent toujours de savoir qui va diriger leur pays. Les Talibans ont promis qu'ils présenteraient prochainement une liste de tous les ministres de leur administration, mais jusqu'à présent, rien d'officiel n'a été annoncé. Des rapports font état de désaccords au sein du groupe, ce qui expliquerait ce retard.

Les Talibans savent qu'ils doivent agir rapidement pour obtenir la reconnaissance mais aussi l'aide de la communauté internationale. De nombreux pays affirment qu'ils gardent les canaux de communication ouverts avec le groupe et hier à Kaboul a eu lieu la première réunion de haut niveau pour les Talibans.

Le sous-secrétaire général des Nations unies aux affaires humanitaires est venu dans la capitale afghane pour réaffirmer l'engagement de l'ONU envers ce pays et ses citoyens les plus vulnérables, affirmant que l'ONU continuera à soutenir les Afghans ordinaires.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Au moins 68 morts en Afghanistan après des crues soudaines

En Afghanistan, plus d'un million de filles n'ont pas accès à l'éducation au début de l'année scolaire

Afghanistan : retour à Kaboul pour deux anciens prisonniers de Guantanamo