Afghanistan : "Dialogue ne veut pas dire reconnaissance politique" (Haut commissaire aux réfugiés)

Afghanistan : "Dialogue ne veut pas dire reconnaissance politique" (Haut commissaire aux réfugiés)
Tous droits réservés Euronews
Par Anelise Borges
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Afghanistan : "Dialogue ne veut pas dire reconnaissance politique". Entretien exclusif à Kaboul avec le Haut commissaire aux réfugiés de l'ONU pour Euronews, par notre envoyée spéciale à Kaboul Annelise Borges

PUBLICITÉ

Notre envoyée spéciale à Kaboul a interviewé ce lundi le Haut commissaire de l'ONU aux réfugiés en visite officielle chez les nouveaux maîtres du pouvoir, à Kaboul.

Filippo Grandi a expliqué les raisons de son arrivée dans la capitale afghane.

Au nom de l'urgence humanitaire et des risques encourus par la population après le départ des Etats-Unis, le diplomate rappelle la mission des Nations unies à venir en aide aux Afghans.

Filippo Grandi insiste sur la nécessité vitale de dialoguer avec les talibans tout en précisant que ce dialogue ne signifie pas une "reconnaissance politique".

Et d'appeler la communauté internationale à financer rapidement la première levée de fond lancée par l'ONU à hauteur de 600 millions de dollars.

Propos recueillis par Anelise Borges pour Euronews.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Face au gouvernement taliban, les diplomates européens haussent le ton

Les talibans en recherche d'alliés : la visite du chef de la diplomatie du Qatar

En Afghanistan, plus d'un million de filles n'ont pas accès à l'éducation au début de l'année scolaire