This content is not available in your region

Retour en classes en Italie avec pass sanitaire obligatoire pour le personnel scolaire

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Rentrée des classes à Rome lundi 13 septembre 2001
Rentrée des classes à Rome lundi 13 septembre 2001   -   Tous droits réservés  Andrew Medichini/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

La fin des vacances scolaires a sonné pour près de quatre millions d'élèves en Italie.

Retour au "présentiel"

La plupart des établissements rouvraient leurs portes ce lundi après une longue période de fermeture due au Covid-19 qui a contraint nombre d'enfants et d'étudiants à suivre les cours en distanciel.

Aujourd'hui, la situation épidémique s'est nettement améliorée par rapport au printemps dernier : moins de 5 000 nouveaux cas en moyenne sur les sept derniers jours et près de 64 % de la population entièrement vaccinée.

93 % du personnel scolaire est vacciné

Particularité de cette rentrée en Italie : le pass sanitaire est obligatoire pour le personnel scolaire qui affiche toutefois un taux de vaccination de 93 %. Les enseignants, non vaccinés, seront remplacés. Par ailleurs, toute personne entrant dans l'école sans pass sanitaire sera passible d'une amende allant de 400 à 1 000 euros. Les élèves, eux, ne sont pas concernés par cette mesure.

Le gouvernement veut à tous prix éviter un retour à l'enseignement à distance.
Giorgia Orlandi
euronews, Rome

Giorgia Orlandi, Euronews :"Aujourd'hui, les élèves retournent en classedans la plupart des régions d'Italie.Des scènes qui nous rappellent la période précédant le début de la pandémie. Le gouvernement veut à tous prix éviter un retour à l'enseignement à distance. Et pour y arriver, il a introduit l'obligation d'un pass sanitaire, non seulement pour les enseignants, mais aussi pour le personnel administratif, les services de nettoyage et tous ceux qui ont besoin d'entrer dans les écoles, y compris les parents d'élèves. Cependant, cette mesure est fortement critiquée par plusieurs syndicats de l’éducation."