EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

"Ce n'est pas vrai" : Mark Zuckerberg se défend des accusations de Frances Haugen

"Ce n'est pas vrai" : Mark Zuckerberg se défend des accusations de Frances Haugen
Tous droits réservés Mark Lennihan/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Mark Lennihan/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le patron de Facebook affirme ne pas privilégier le profit au détriment de la sécurité et du bien-être de ses utilisateurs, comme l'a dénoncé une lanceuse d'alerte devant le Congrès américain.

PUBLICITÉ

Sous le feu des critiques, Mark Zuckerberg se défend. Vivement mis en cause par le témoignage au Congrès de la lanceuse d'alerte et ex-employée de sa firme, Frances Haugen, le patron de Facebook a répliqué dans un long post Facebook..

"A_u cœur de ces accusations réside l’idée que nous privilégions les profits plutôt que la sécurité et le bien-être. Ce n’est tout simplement pas vra_i", écrit-il notamment. 

"Je ne pense pas que les entreprises privées doivent prendre toutes les décisions seules. C'est pourquoi nous plaidons depuis plusieurs années en faveur d'une mise à jour des réglementations relatives à l'internet", souligne-t-il.

L'informaticienne Frances Haugen est devenue le nouveau visage de la rébellion contre la toute-puissance des géants de la tech. Et elle a visé directement son ancien patron.

"Mark occupe un rôle très particulier dans l'industrie de la tech. Il détient plus de 55 % de toutes les actions avec droit de vote chez Facebook. Il n'y a pas d'entreprise aussi puissante qui soit contrôlée de manière aussi unilatérale. Au final, la responsabilité revient à Mark et il ne rend de comptes à personne", a t-elle souligné.

"A l'issue de l'audition, les sénateurs ont dit qu'il était peut-être temps d'entendre à nouveau Mark Zuckerberg dont les puissantes plateformes incluent désormais Instagram et Whatsapp, et qui s'efforce depuis des années d'échapper à toute réglementation aux Etats-Unis. Mais à Washington où républicains et démocrates ont dû mal à s'entendre sur quoi que ce soit, on s'accorde sur une chose : c'est que Facebook est potentiellement nuisible pour les enfants et nécessite d'être réglementé", conclut notre correspondant Ray Suarez.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : l'AEIA alerte sur le danger d'un "accident nucléaire"

Joe Biden lance sa campagne lors du discours sur l'état de l'Union

Facebook et Instagram touchés par une panne mondiale