This content is not available in your region

Kamala Harris en France pour sceller la réconciliation avec les Etats-Unis

Access to the comments Discussion
Par AFP  avec AFP
euronews_icons_loading
Kamala Harris en France pour sceller la réconciliation avec les Etats-Unis
Tous droits réservés  Sarahbeth Maney/AP

Une envoyée très spéciale au chevet d'Emmanuel Macron. Kamala Harris, la vice-présidente américaine, est en visite à Paris pour cinq jours.

Sa mission : raccommoder les relations diplomatiques avec la France, mises à mal par la crise des sous-marins australiens. Pour apaiser la colère du président français, les Etats-Unis ont dépêché de nombreux émissaires, le secrétaire d'État américain Antony Blinken puis le conseiller de la Maison Blanche pour la sécurité nationale Jake Sullivan se sont succédés à Paris. A Rome, il y a 10 jours, Joe Biden en personne a reconnu une gestion maladroite.

Kamala Harris devrait sceller la réconciliation.

Mi-septembre, les États-Unis et l'Australie ont infligé un véritable camouflet à Paris en scellant une alliance de défense dans le Pacifique avec le Royaume-Uni, désignée sous l'acronyme AUKUS, Washington soufflant un énorme contrat de sous-marins initialement promis à la France.

Mercredi en fin d'après-midi, Kamala Harris doit s'entretenir avec Emmanuel Macron de sujets liés à la région Indo-Pacifique, la sécurité européenne ou encore la santé au niveau mondial, selon la Maison Blanche.

Armistice et Libye

Le 11 novembre, "jour des vétérans" aux États-Unis, Kamala Harris devrait participer aux commémorations de l'Arc de Triomphe pour l'Armistice de 1918, qui a mis fin à la Première Guerre mondiale. Accompagnée de son mari Doug Emhoff, elle visitera le cimetière militaire américain de Suresnes, près de Paris, puis se rendra au Forum de Paris sur la Paix.

Vendredi, la vice-présidente américaine prendra part à la conférence internationale sur la Libye et la préparation des élections présidentielle et législatives censées sortir le pays du chaos dans lequel il est plongé depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi.