This content is not available in your region

La France mise sur le nucléaire. Qu’en est-il ailleurs en Europe ?

Access to the comments Discussion
Par Olivier Peguy
Panneau signalant de la radioactivité près de Tchernobyl (Ukraine) - photo prise le 05/04/2017
Panneau signalant de la radioactivité près de Tchernobyl (Ukraine) - photo prise le 05/04/2017   -   Tous droits réservés  Efrem Lukatsky/Copyright 2017 The Associated Press. All rights reserved.

Le président français a annoncé ce mardi soir la création de nouveaux réacteurs nucléaires. A l’échelle européenne, la France est le premier producteur d’énergie nucléaire.

Quelle est la situation dans les autres pays européens ? Tour d’horizon.

DES PAYS SANS NUCLÉAIRE

  • Italie

Les autorités italiennes avaient initié un programme nucléaire il y a plusieurs décennies. Mais l’accident de la centrale de Tchernobyl en 1986 a changé la donne. Consultée à ce sujet en 1987, la population s’est dite opposée au nucléaire. Les centrales qui étaient en activité ont alors été arrêtées.

En 2011, un nouveau référendum a confirmé l’hostilité des Italiens à la présence de centrales nucléaires sur leur sol. Cela n’empêche pas le pays de s’approvisionner en électricité produite en France, dans des sites nucléaires.

Tout récemment, le ministre italien de la Transition écologique a fait sensation en manifestant son intérêt pour les réacteurs nucléaires de quatrième génération. Les écologistes italiens ont immédiatement réagi pour réaffirmer leur opposition au nucléaire dans la péninsule.

  • Portugal

Un programme nucléaire avait été envisagé dans les années 1970, mais il a été enterré. Et personne ne semble vouloir le déterrer. Le Portugal produit de l’électricité avec ses barrages hydroélectriques, ses éoliennes et ses centrales thermiques fonctionnant au charbon et au gaz.

  • Grèce

La Grèce a abandonné son programme nucléaire à la fin des années 1970. Athènes a estimé que les nombreux séismes qui touchent le pays constituaient un risque sécuritaire incompatible avec l’installation de centrales nucléaires.

DES PAYS QUI RENONCENT AU NUCLÉAIRE

  • Allemagne

La position actuelle de l’Allemagne sur la question du nucléaire a été largement influencée par l’accident de Fukushima (Japon) en mars 2011. Quelques jours après cette catastrophe, la chancelière Angela Merkel annonçait une sortie définitive du nucléaire.

La fermeture des dernières centrales nucléaires est prévue fin 2022.

Pour compenser, l’Allemagne se reporte sur ses centrales à charbon et à gaz, et sur un programme d’énergie renouvelables.

  • Espagne

L’Espagne dispose de sept réacteurs nucléaires, les premiers ayant été mis en activité à la fin des années 1960. Aujourd’hui, ces réacteurs produisent près d’un quart de l’électricité du pays.

En 2018, le gouvernement a annoncé qu’il ne souhaitait pas prolonger la durée de vie des réacteurs nucléaires espagnols qui est actuellement de 40 ans. Concrètement, le dernier nucléaire devrait fermer entre 2030 et 2035.

Comment remplacer le nucléaire ? Les autorités espagnoles prévoient un investissement massif dans les énergies renouvelables.

DES PAYS QUI INVESTISSENT DANS LE NUCLÉAIRE

  • Pologne

Le pays est souvent critiqué pour la vétusté de ses centrales thermiques à charbon, jugées trop polluantes. Le gouvernement va accélérer sa transition énergétique, en misant sur les énergies renouvelables et sur le nucléaire.

Six centrales nucléaires devraient ainsi voir le jour d’ici à 2040, grâce à un investissement de 33 milliards d’euros. La première centrale devrait être opérationnel en 2033.

  • Royaume-Uni

Maîtrisant très tôt la technologie nucléaire, le Royaume-Uni s’st lancé dans un vaste programme d’utilisation de l’énergie nucléaire. La première centrale a été construite dans les années 1950. Aujourd’hui, de nombreux réacteurs sont à l’arrêt, en raison de leur âge. Mais les autorités britanniques n’ont pas renoncé au nucléaire.

Actuellement, 10 centrales nucléaires sont en activité, assurant environ 20 % de la production totale d’électricité du territoire.

Le gouvernement s’est engagé à réduire drastiquement ses émissions de CO2. Et il a décidé que cela passerait par la construction de nouveaux réacteurs nucléaires. Deux réacteurs EPR sont en cours de construction, en partenariat avec EDF.

Pour aller plus loin