This content is not available in your region

"Ma France, c'est Joséphine" : Emmanuel Macron salue l'entrée de Joséphine Baker au Panthéon

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Discours du président français lors de la cérémonie d'entrée au Panthéon de Joséphine Baker - Paris, le 30/11/2021
Discours du président français lors de la cérémonie d'entrée au Panthéon de Joséphine Baker - Paris, le 30/11/2021   -   Tous droits réservés  Sarah Meyssonnier/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

L'artiste franco-américaine Joséphine Baker est officiellement entrée au Panthéon.
- La cérémonie était présidée par le chef de l'Etat français Emmanuel Macron.
- Dans son discours, le président a salué une femme engagée qui a voulu "prouver aux yeux du monde que les couleurs de peau, les origines, les religions pouvaient vivre en harmonie".

Quarante-six ans après sa mort, l'artiste de music-hall, résistante et militante antiraciste Joséphine Baker a rejoint au Panthéon, les grandes figures de l'histoire de France.

La cérémonie était présidée par le chef de l'Etat Emmanuel Macron, qui a prononcé un discours devant les portes du célèbre monument parisien.

« Vous entrez dans ce Panthéon où s'engouffre avec vous un vent de fantaisie et d'audace. Pour la première fois ici une certaine idée de la liberté et de la fête », a dit Emmanuel Macron.

Vous entrez dans ce Panthéon parce que, née américaine, il n'y a pas plus française que vous.
Emmanuel Macron.
Président français

« Ma France, c'est Joséphine », a ajouté Emmanuel Macron en saluant une femme engagée qui a voulu « prouver aux yeux du monde que les couleurs de peau, les origines, les religions pouvaient non seulement cohabiter mais vivre en harmonie ».

« Sa cause était l'universalisme, l'unité du genre humain. L'égalité de tous avant l'identité de chacun. L'hospitalité pour toutes les différences réunies par une même volonté, une même dignité. L'émancipation contre l'assignation », a approuvé le président.

"J'ai deux amours, Paris et mon pays", la chanson la plus connue de Joséphine Baker, a été jouée par la Musique de l'armée de l'air à l'arrivée du cercueil au Panthéon.

La dépouille de Joséphine Baker n'était pas dans le cercueil, puisque sa famille a décidé de la laisser reposer dans le cimetière marin de Monaco, aux côtés de son dernier mari et de l'un de ses enfants, non loin de la princesse Grace qui l'avait soutenue dans les dernières années de sa vie.

Thibault Camus/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Le cercueil est rempli de poignées des 4 terres "chères à Joséphine Baker": Saint-Louis, Paris, le château des Milandes (Dordogne) et MonacoThibault Camus/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Symboliquement, ce cénotaphe a été rempli de poignées des quatre terres qui "étaient chères à Joséphine Baker" : sa ville natale de Saint-Louis, Paris où elle connut la gloire, le château des Milandes (Dordogne) où elle installa sa tribu "arc-en-ciel", et Monaco où elle termina sa vie.

De Saint-Louis aux Champs-Elysées

Née le 3 juin 1906 dans une famille pauvre de Saint-Louis (Missouri) d'une Amérindienne noire et d'un père d'origine espagnole, Joséphine Baker a rejoint Paris à 19 ans pour tenter sa chance. Elle devient la vedette de "La Revue Nègre" au théâtre des Champs-Elysées en acceptant avec réticence d'apparaître seins nus.

"Si je veux devenir une star, je dois être scandaleuse", justifie-t-elle. "C'est la France qui m'a fait ce que je suis, je lui garderai une reconnaissance éternelle", affirme aussi celle qui se disait ravie d'être "devenue l'enfant chérie des Parisiens" et qui a obtenu la nationalité française le 30 novembre 1937.

Femme, noire, artiste de scène et née à l'étranger, Joséphine Baker n'est que la sixième femme - sur 80 personnages illustres - à entrer au Panthéon.