This content is not available in your region

Covid-19 : une troisième dose pour résister à Omicron?

Access to the comments Discussion
Par Anne Devineaux  & AFP
euronews_icons_loading
Archives : scène de vaccination à Worcester (Massachussetts, USA), le 02/12/2021
Archives : scène de vaccination à Worcester (Massachussetts, USA), le 02/12/2021   -   Tous droits réservés  Steven Senne/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

Une troisième dose pourrait permettre aux vaccins de rester efficace face au variant Omicron. C'est ce qu'estiment les laboratoires Pfizer et BioNTech en s'appuyant sur des études non encore publiées.

Au regard des nombreuses mutations présentées par le nouveau variant, les chercheurs s'accordent sur la moindre efficacité des vaccins actuels administrés en deux doses. En outre, les fabricants travaillent également au développement d'un vaccin spécifique qui pourrait être disponible en mars prochain.

Özlem Türeci, co-fondateur et médecin en chef de BioNTech : "De vastes campagnes de rappel avec la version actuelle de notre vaccin dans le monde entier pourraient aider à mi eux protéger les gens et à passer la saison hivernale. Avec notre partenaire Pfizer, nous poursuivons le développement d'un vaccin spécifique contre le variant Omicron, que nous avons récemment lancé au cas où cela serait nécessaire".

Concernant l'obligation vaccinale prononcée par certains gouvernements, les Nations Unies ont mis en garde face aux risques d'abus.

Michelle Bachelet, Haute commissaire aux droits de l'Homme de l'ONU : "En aucun cas, un vaccin ne doit être administré de force, même si le refus d'une personne de se conformer à une politique de vaccination obligatoire peut entraîner d'autres conséquences légales, y compris, par exemple, des amendes. Lorsque des sanctions sont imposées, elles doivent être proportionnées et soumises au contrôle des autorités judiciaires".

57 pays ont déjà confirmé des cas d'Omicron sur leur territoire. Si beaucoup d'incertitudes persistent autour du nouveau variant, plusieurs responsables de santé affirment que ce dernier est moins dangereux que le variant Delta, aujourd'hui le plus répandu dans le monde, mais sans doute plus contagieux.