PUBLICITÉ

La Bosnie-Herzégovine menacée d'éclatement face aux volontés sécessionnistes de la Republika Srpska

Milorad Dodik devant le Parlement de la République serbe de Bosnie le 9 décembre 2021
Milorad Dodik devant le Parlement de la République serbe de Bosnie le 9 décembre 2021 Tous droits réservés Radivoje Pavicic/Associated Press
Tous droits réservés Radivoje Pavicic/Associated Press
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Parlement de la République serbe de Bosnie, l'une des trois entités composant la Bosnie-Herzégovine, a voté le lancement d'une procédure visant à retirer l'armée, la justice et les impôts des institutions communes de l’État central.

PUBLICITÉ

La République serbe de Bosnie fait un pas de plus vers le séparatisme.

La création d’institutions parallèles

Le Parlement de la Republika Srpska, l'une des trois entités composant la Bosnie-Herzégovine, a voté le lancement d'une procédure visant à retirer l'armée, la justice et les impôts des institutions communes. Une manœuvre très controversée, qui risque d'affaiblir un peu plus l’État central et fait planer le risque d'une nouvelle guerre dans la région.

Milorad Dodik, le leader politique des Serbes de Bosnie, a qualifié cette session parlementaire d' "historique", y voyant le début de la "conquête de la liberté pour la Republika Srpska".

"Bien qu'il soit très improbable que les décisions annoncées entrent en vigueur dans un avenir proche, on peut craindre que la rhétorique actuelle et les mesures prises par les autorités de la Republika Srpska n'entraînent la Bosnie dans une crise encore plus profonde", souligne Stefan Goranovich, notre correspondant en Serbie.

"Une attaque contre la paix"

En marge d'une cérémonie de livraison de nouveaux hélicoptères américains, Sefik Dzaferovic, membre bosniaque de la présidence de Bosnie-Herzégovine, a dénoncé la voie empruntée par Milorad Dodik voyant à travers cette volonté de créer des institutions parallèles une "attaque contre l'ordre constitutionnel et donc contre la paix".

Des inquiétudes partagées également par les responsables occidentaux qui font planer la menace de sanctions contre les leaders politiques de la Republika Srpska.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Bosnie-Herzégovine : Milorad Dodik contre une résolution pour commémorer le génocide de Srebrenica

Le principal parti serbe au Kosovo appelle au boycott du recensement du pays

Élargissement de l’Union Européenne d’ici à 2030 : rêve ou réalité ?