EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

"Camion charnier" : 15 ans requis contre le chef présumé de la cellule belge

"Camion charnier" : 15 ans requis contre le chef présumé de la cellule belge
Tous droits réservés Alastair Grant/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Alastair Grant/Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved
Par euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Devant un tribunal de Bruges, un Vietnamien est accusé d'avoir organisé le transport d'une partie des 39 migrants retrouvés morts dans un conteneur en Angleterre en 2019.

PUBLICITÉ

Il y a deux ans, les cadavres de 39 migrants vietnamiens étaient découverts en Angleterre dans un conteneur. Depuis des procédures judiciaires ont été menées dans au moins quatre pays, dont la Belgique. 

Ce mercredi à Bruges, la peine maximale, 15 ans de prison, a été requise contre un Vietnamien de 45 ans, Vo Van Hong, accusé d'être à la tête de la cellule belge d'un trafic d'êtres humains. Une vingtaine d'autres prévenus, pour la plupart vietnamiens, sont dans le box des accusés, pour eux, les peines demandées s'échelonnent de un à dix ans de détention. Selon le Parquet, ce réseau aurait organisé plus de 130 transports de migrants vers l'Angleterre via la Belgique.

Le 23 octobre 2019, dans une zone industrielle de Grays, à l'est de Londres, 31 hommes et 8 femmes âgés de 15 à 44 ans, avaient été retrouvés morts, victimes d'asphyxie et d'hyperthermie. Le conteneur était parti du port belge de Zeebruges.

Au Royaume-Uni, sept hommes ont déjà été condamnés en janvier 2021 à des peines allant de trois à 27 ans de prison. Il s'agit notamment des hommes qui étaient chargés d'organiser les rotations de chauffeurs.

Au Vietnam, quatre hommes ont été condamnés dès septembre 2020 à des peines allant de deux ans et demi à sept ans et demi de prison ferme.

Chaque candidat au voyage devait débourser en moyenne 24 000 euros, la moitié pour arriver en Europe et le reste pour franchir la Manche. Nombre des victimes étaient originaires d'une région pauvre du centre du Vietnam, où les familles s'endettent lourdement afin d'envoyer l'un des leurs au Royaume-Uni dans l'espoir d'une vie meilleure.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Chypre peut-elle faire face à l'afflux ininterrompu de migrants?

Vladimir Poutine envisagerait de modifier la doctrine russe sur l'utilisation d'armes nucléaires

Poutine au Vietnam pour tenter de déverrouiller l'isolement de la Russie