This content is not available in your region

Centrafrique : l'UE suspend la formation de l'armée à cause de la milice privée russe Wagner

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec afp
Archives : cérémonie organisée au QG de l'EUTM RCA à Bangui, capitale de la République centrafricaine, le 15 janvier 2017
Archives : cérémonie organisée au QG de l'EUTM RCA à Bangui, capitale de la République centrafricaine, le 15 janvier 2017   -   Tous droits réservés  DANIEL ORBAN / BELGIAN DEFENCE / AFP

L'Union européenne a suspendu temporairement sa mission de formation des forces armées centrafricaines, en raison du "contrôle exercé par les mercenaires de la société Wagner", a annoncé mercredi la mission de l'UE à Bangui.

"En raison du contrôle exercé par les mercenaires de la société Wagner sur les Forces armées centrafricaines (FACA), l’Union européenne, soucieuse du respect du droit humanitaire international, a décidé de suspendre temporairement les actions de formations", a déclaré le général Jacques Langlade de Montgros, commandant de la mission de formation de l'Union européenne en République centrafricaine (EUTM-RCA).

"Ces mercenaires délivrent des formations aux FACA et les emploient en opérations. De ce fait, la suspension temporaire de nos formations vise à éviter toute imbrication avec ces mercenaires et à s'assurer qu'ils n'emploient pas les soldats centrafricains que nous avons formés", a poursuivi le général de Montgros.

La formation des FACA pourra reprendre "d_ès que nous aurons l'assurance que les militaires centrafricains formés ne seront pas employés par les mercenaires de Wagner_".

Quelque 70 instructeurs européens sont rentrés temporairement dans leurs pays respectifs.

La Centrafrique, classé comme un des pays les moins développés au monde par l'ONU, est le théâtre depuis 2013 d'une guerre civile qui a baissé d'intensité après 2018, même si des pans entiers de territoires continuent d'échapper au pouvoir central de Bangui.

Les FACA, épaulées notamment par des centaines de paramilitaires russes du groupe Wagner, selon l'ONU et la France, ont mené depuis le début de l'année une vaste contre-offensive contre des groupes rebelles, qui avaient tenté de renverser le régime du président Faustin Archange Touadéra.

Selon des experts de l'ONU, des membres du groupe de paramilitaires russes auraient commis des violations systématiques et graves des droits de l'homme.

Moscou ne reconnaît officiellement la présence que de 1 135 "instructeurs non armés" mais les ONG opérant sur le terrain, la France et l'ONU affirment qu'une partie d'entre eux sont des hommes du groupe privé russe Wagner, ce que dément Moscou.

L'UE a sanctionné et "imposé des mesures restrictives" ce lundi le groupe Wagner ainsi que 8 personnes et 3 sociétés qui lui sont liées pour les "actions de déstabilisation" menées en Ukraine et dans plusieurs pays d'Afrique.

La société Wagner est signalée dans plusieurs pays d'Afrique sub-saharienne où la Russie est présente, notamment au Mali et en République centrafricaine, mais elle intervient également en Libye, en Syrie et en Ukraine.