Tensions Ukraine-Russie : la population ukrainienne, fataliste, se prépare à la guerre

Tensions Ukraine-Russie : la population ukrainienne, fataliste, se prépare à la guerre
Tous droits réservés AFP
Par Christelle Petrongari avec AFP, AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Si la Russe dément vouloir envahir l'Ukraine, à Kiev, la population se prépare à une invasion, entre peur et fatalisme.

PUBLICITÉ

Loin des tractations diplomatiques, la ville de Kiev ne montre aucun signe visible de tension. Mais impossible pour les Ukrainiens d'exclure la possibilité d'une guerre. La menace est réelle reconnaissent les autorités. Alors entre fatalisme et peur, la population se prépare.

"C'est effrayant" raconte Lolita, 24 ans. "Ce sont les parents surtout qui ont peur. Ils ne savent pas quelle sera la situation. Le taux de change du dollar augmente, les prix augmentent. Les personnes âgées ont commencé à paniquer. Et mes amis et moi pensons aller en Europe pendant un certain temps et attendre là-bas".

"Cela concerne tous les Ukrainiens" explique Oleh, 49 ans. "Certaines personnes ont commencé à collecter de la nourriture, d'autres nettoient leurs armes et se préparent à une attaque. Il y a beaucoup d'informations à ce sujet dans les médias. Tout le monde connaît cette menace".

"La majorité des Ukrainiens sont prêts à ce qui pourrait arriver" souligne Andriy, 41 ans. "Ce ne serait pas un conflit, ce serait une vraie guerre. Et je pense que les Ukrainiens sont prêts pour cela."

Selon les Etats-Unis, "tout indique" que Vladimir Poutine va faire usage de la force militaire contre l'Ukraine d'ici la mi-février. Les autorités russes nient cette intention et accusent l'Ukraine de masser des troupes dans l'Est du pays.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Crise en Ukraine : Moscou accueille froidement le rejet américain de ses exigences

Guerre en Ukraine : Kyiv demande de nouvelles armes et munitions à ses alliés occidentaux

Comment Valeriia, une Ukrainienne de 17 ans, a échappé à un camp de rééducation russe