Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Face à la misère extrême, des familles afghanes résignées vendent leurs filles mineures

Access to the comments Discussion
Par Oscar Valero  & Euronews
euronews_icons_loading
Face à la misère extrême, des familles afghanes résignées vendent leurs filles mineures
Tous droits réservés  Zubair Abassi/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.

Elles ont cinq ans, ou huit tout au plus et risquent d'être vendues à des hommes, et mariées de force. Dans le district de Qadis, dans le nord-ouest de l'Afghanistan, la misère pousse certaines familles à céder leurs filles, pour survivre.

"Quand nous n'avons rien à manger, alors nous les vendons" explique une femme entourée d'une dizaine d'enfants, entassés sous une tente.

Abdul Ghani, la quarantaine, s'est vu promettre plus de 1 000 dollars pour sa fille de cinq ans mais n'a jamais reçu son argent car sa fille s'est brisée la jambe lors d'un tremblement de terre.

"Elle a été vendue avant d'être blessée, puis c'est arrivé. Maintenant, il ne me donne rien et j'ai une dette de 1 050 dollars à payer" désespère-t-il.

Ces scènes dramatiques reflètent l'état du pays, en pleine crise humanitaire. Les aides internationales ont cessé depuis la prise de pouvoir des talibans. Mais le groupe fondamentaliste tente de convaincre les instances internationales de revenir pour apporter leur aide, notamment financière.

"Depuis que l'émirat islamique a pris le contrôle du pays, personne n'a eu de problèmes de sécurité" indique un commandant taliban, dans une tentative d'attirer les ONG et autres structures permettant de soutenir le développement dans le pays.

Selon les estimations, 90% de la population afghane dépend de l'aide internationale. Les Nationales Unies estiment que 3 millions de personnes sont déplacées au sein du territoire, à cause des sécheresses, de la famine, et de la guerre.

Commentaire vidéo et texte français : Stéphane Hamalian