PUBLICITÉ

Comment Valeriia, une Ukrainienne de 17 ans, a échappé à un camp de rééducation russe

Valeriia, qui s'est échappée d'un camp de rééducation russe.
Valeriia, qui s'est échappée d'un camp de rééducation russe. Tous droits réservés Photo provided by Joakim Medin.
Tous droits réservés Photo provided by Joakim Medin.
Par Johanna UrbancikDaria Artemova (Interpreter)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Valeriia, une Ukrainienne de 17 ans, a été enlevée et envoyée dans un camp de rééducation russe en Crimée occupée. Elle raconte à Euronews comment elle a réussi à rentrer en Ukraine par ses propres moyens.

PUBLICITÉ

Avant l'invasion massive, Valeriia, 17 ans, menait une vie ordinaire d'élève de seconde, préparant ses examens et participant à des activités telles que la danse et la gymnastique aérienne. Elle vivait avec un membre de sa famille depuis l'âge de 13 ans, après la mort de ses parents.

Tout a changé avec l'invasion russe

Valeriia était promise à un bel avenir - tout était censé se dérouler comme elle le souhaitait. Lorsqu'elle a entendu parler de l'invasion à grande échelle aux informations, cela lui a semblé surréaliste. Tout a changé rapidement et elle a eu du mal à comprendre la situation.

Les troupes russes sont rapidement arrivées et ont occupé la ville de Nova Kakhovka, dans le sud de l'Ukraine, qui est aussi sa ville natale. Au cours d'une période de bombardements particulièrement intenses, elle a été contrainte de vivre sans nourriture après que les réserves ukrainiennes se sont épuisées, mais la situation s'est stabilisée après l'arrivée de camions de ravitaillement en provenance de la Crimée occupée. À cette époque, la police militaire russe est progressivement apparue dans la ville, située dans l'oblast de Kherson. C'est une période calme, les explosions ne font pas trembler l'air.

En octobre 2022, les troupes russes ont annoncé l'"évacuation" des enfants de Nova Kakhovka vers la Crimée occupée. Valeriia, ainsi que d'autres enfants, ont dû se rassembler sur la place principale, entourés de militaires armés. Des bus les ont emmenés à la frontière de la Crimée. À l'arrivée, ils ont confisqué les passeports et les documents des enfants.

"La Russie vous donnera tout"

Après l'arrivée de Valeriia dans un camp de Crimée appelé "Luchystiy" (Rayonnant), les pédiatres ont examiné les enfants pour détecter les poux et la COVID-19. Elle se souvient que le camp ressemblait à une maison de retraite, mais qu'il était dépourvu d'équipements destinés aux enfants. De plus, le camp était entouré de policiers armés qui surveillaient constamment les enfants. La routine quotidienne imposée comprenait le chant de l'hymne national russe (empruntant la mélodie de l'hymne encore soviétique), ce qu'elle refusait. Les autorités faisaient la promotion des universités et des modes de vie russes, leur promettant que "la Russie vous donnera tout".

Pour Valeriia, l'environnement contraint a suscité des inquiétudes quant à sa liberté et à son avenir, mais le programme quotidien était imprévisible, ce qui le rendait difficile à planifier. "Les camps étaient des camps de rééducation", a-t-elle ajouté. Selon elle, ils avaient pour but de s'assurer que la majorité des enfants allaient en Russie. Les cours ne pouvaient donc être décrits que comme de la propagande, se souvient-elle, ajoutant que l'apprentissage de l'ukrainien à l'école n'était pas une option.

Le camp de rééducation en Crimée occupée.
Le camp de rééducation en Crimée occupée.Euronews

Le programme mis en place dans ces camps s'appelle "University Shift" et fonctionne avec le soutien du ministère russe de l'éducation et du ministère de l'éducation et des sciences. Il vise à "(ré)éduquer" les enfants âgés de 12 à 17 ans des territoires ukrainiens temporairement occupés "à la culture et à l'histoire russes".

"La déportation forcée d'enfants ukrainiens fait partie d'une politique génocidaire"

Selon Oleksandra Matviïtchouk, lauréate du prix Nobel de la paix, avocate spécialisée dans les droits de l'homme et dirigeante du Centre pour les libertés civiles, ces camps et leur objectif de russification des enfants ukrainiens ne constituent pas seulement un crime de guerre, mais s'inscrivent dans un contexte plus large.

Cette guerre a un caractère génocidaire. Poutine a ouvertement déclaré que les Ukrainiens n'existent pas, que nous sommes les mêmes que les Russes. Nous voyons ces mots mis en pratique de manière horrible sur le terrain depuis 2014.
Oleksandra Matviïtchouk
lauréate du prix Nobel de la paix

Tout comme Valeriia, elle a également mentionné l'interdiction délibérée de la langue et de l'histoire ukrainiennes. "Depuis dix ans, nous documentons la façon dont les Russes exterminent délibérément les locaux en exercice, comme les maires, les journalistes, les acteurs de la société civile, les prêtres et les artistes, par exemple."

À cet égard, la déportation forcée des enfants ukrainiens fait partie d'une politique de génocide, car certains d'entre eux sont placés dans des camps de rééducation où on leur dit qu'ils sont russes et que la Russie est leur patrie, m'a-t-elle dit. "Plus tard, certains d'entre eux sont adoptés de force par des familles russes pour être élevés comme des Russes", a poursuivi Mme Matviïtchouk.

Oleksandra Matviïtchouk, prix Nobel de la paix.
Oleksandra Matviïtchouk, prix Nobel de la paix.Christian Gustavsson for Right Livelihood

En tant qu'avocate, elle sait à quel point il est difficile de prouver ce crime, surtout selon les normes actuelles. "Même si l'on n'est pas juriste, il est facile de comprendre que si l'on veut détruire partiellement ou totalement un groupe national, on dispose de plusieurs stratégies, telles que le meurtre ou le changement forcé d'identité", a-t-elle ajouté.

L'enlèvement forcé d'enfants ukrainiens fait partie de cette politique génocidaire plus large de l'État russe contre l'Ukraine.
Oleksandra Matviïtchouk
lauréate du prix Nobel de la paix

"L'enlèvement forcé d'enfants ukrainiens fait partie de cette politique génocidaire plus large de l'État russe contre l'Ukraine. L'article II de la convention sur le génocide définit le génocide comme l'acte délibéré de destruction totale ou partielle d'un groupe national, ethnique, racial ou religieux. Il exclut toutefois les groupes politiques et ce que l'on appelle le "génocide culturel".

Valeriia décide de poursuivre son rêve d'étudier la médecine

Dans le camp, la nourriture de mauvaise qualité provoquait souvent des problèmes d'estomac, et l'accès aux soins médicaux était limité. Les très jeunes enfants ont beaucoup souffert du manque de soins et des conditions difficiles, se souvient Valeriia. En l'absence de leurs parents ou de leurs tuteurs, ils erraient sans surveillance, endurant le froid sans vêtements appropriés. Nombre d'entre eux sont tombés malades, atteints de bronchite. Les épidémies de varicelle et de poux étaient fréquentes.

Bien que les enfants aient été autorisés à utiliser leur téléphone, il n'y avait pratiquement jamais de réseau. Valeriia a tout juste réussi à contacter un membre de sa famille pour demander qu'on vienne la chercher.

Les Ukrainiens dans les territoires occupés sont considérés comme des "nouveaux Russes" par les autorités pro-russes

Selon le centre d'éducation civile de Crimée, Alemenda, ce type de camps limite le retour des enfants en invoquant les positions politiques des parents. Des cas de réinstallation forcée et de pression psychologique ont été signalés, les membres des familles se heurtant à des obstacles pour retrouver leurs enfants, en particulier lorsqu'ils sont pro-Ukraine. Lorsque ces enfants expriment le souhait que leurs parents leur rendent visite, les membres de la famille sont encouragés à s'installer dans les territoires contrôlés par la Russie. Les Ukrainiens vivant dans les territoires temporairement occupés sont considérés comme des "nouveaux Russes" par les autorités.

Le membre de sa famille a donc pu venir la chercher, puisqu'il vivait en territoire occupé. Après avoir séjourné dans le camp pendant deux mois au total, elle s'est rendue à Henitchesk, une ville occupée du sud de l'Ukraine.

Valeriia se rend seule en Ukraine

Après avoir connu cette situation médicale désastreuse dans le camp, Valeriia a décidé de poursuivre son rêve d'enfant, à savoir devenir médecin. En tant qu'orpheline originaire d'un territoire occupé, elle a tiré parti de sa situation pour être admise à l'université et disposait de passeports russe et ukrainien. Alors qu'elle séjournait à Henitchesk, occupée temporairement, elle a choisi une université à Odessa et s'est inscrite en ligne, car elle ne voulait pas rester dans les territoires occupés et contrôlés par les Russes.

Des chars de l'armée russe se déplacent dans une rue à la périphérie de Mariupol, en Ukraine, le 11 mars 2022.
Des chars de l'armée russe se déplacent dans une rue à la périphérie de Mariupol, en Ukraine, le 11 mars 2022.Evgeniy Maloletka/Copyright 2022 The AP. All rights reserved

Depuis Henitchesk, ville occupée, Valeriia a commencé son voyage seule dans un bus. Elle a traversé plusieurs villes ukrainiennes occupées, telles que Melitopol et Marioupol, qui ont été détruites, avant de se rendre à Rostov, en Russie.

PUBLICITÉ

Avec un passeport russe, le passage de la frontière s'est fait sans encombre. Dans les territoires temporairement occupés, la possession d'un passeport russe est essentielle pour prouver la propriété d'un bien et conserver l'accès aux soins de santé et aux prestations de retraite. Si le nouveau passeport n'est pas obtenu avant le 1er juillet, comme l'exige une nouvelle loi russe dans les territoires occupés, il est possible d'être emprisonné en tant que "citoyen étranger" et de risquer la perte de la garde des enfants, l'emprisonnement ou pire encore.

Le dernier passage de frontière

Poursuivant sa route à travers Belgorod et la région de Soumy, le voyage, facilité par des postes-frontière efficaces, a duré une journée. À la dernière frontière, à Soumy, qui est encore ouverte aux piétons mais implique un filtrage strict par les gardes russes, Valeriia a caché son passeport ukrainien et a utilisé son passeport russe pour passer la frontière. Les contrôles ont été organisés en groupes à partir d'un bus, les passeports étant collectés et Valeriia interrogée sur le fait qu'elle voyageait seule, mineure et sans tuteur.

L'itinéraire de Valeriia depuis les territoires ukrainiens occupés jusqu'à l'Ukraine.
L'itinéraire de Valeriia depuis les territoires ukrainiens occupés jusqu'à l'Ukraine.Euronews

Consciente des risques potentiels, elle a expliqué son voyage de manière stratégique, en insistant sur le fait qu'elle passait par l'Ukraine sans avoir l'intention d'y rester. Valeriia a informé les gardes que sa seule intention était de traverser l'Ukraine pour aller chercher sa tante en Europe et la ramener en Russie. Elle se souvient qu'il est important de dire aux fonctionnaires ce qu'ils veulent entendre. À la frontière, au milieu de leur appréhension, ils ont examiné ses documents et son téléphone, notamment ses photos, ses messages Telegram et ses courriels.

Malgré le sang-froid de Valeriia, la situation au poste-frontière était très accablante. Comme elle avait caché son passeport ukrainien, elle n'a pas été obligée de se soumettre au détecteur de mensonges, et comme elle était mineure, elle ne pouvait légalement signer aucun document. Alors que les soldats armés de mitraillettes délibéraient entre eux, un garde a proposé de la laisser passer. Depuis le poste de contrôle russe, elle a dû marcher à travers champs pour atteindre le territoire ukrainien - et lorsqu'elle y est parvenue et a entendu de l'ukrainien, elle a été submergée par les émotions.

Des soldats des gardes-frontières ukrainiens discutent de l'ordre du jour dans une position militaire de la région de Sumy, en Ukraine, le vendredi 24 novembre 2023.
Des soldats des gardes-frontières ukrainiens discutent de l'ordre du jour dans une position militaire de la région de Sumy, en Ukraine, le vendredi 24 novembre 2023.Hanna Arhirova/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.

Changement de plan ?

Son projet initial était d'aller étudier la médecine à Odessa, mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. À son arrivée à Soumy, elle a eu la possibilité de déménager à Kiev en raison des bombardements incessants à Odessa à l'époque. Elle est restée à Soumy pendant environ une demi-semaine, au cours de laquelle elle a subi des examens médicaux et des tests approfondis pour s'assurer qu'elle avait survécu au camp de rééducation et à l'occupation.

PUBLICITÉ

"Tout au long de mon séjour, j'ai été étroitement surveillée par la police des mineurs et des représentants de Kyiv. Ensuite, accompagnée par la police des mineurs, je me suis rendue à Kyiv où j'ai immédiatement visité le bureau du médiateur", m'a-t-elle dit.

Elle vit actuellement dans la capitale ukrainienne où elle a d'abord séjourné dans un foyer avant de s'inscrire à la faculté de médecine. Pour conserver un sentiment de normalité, elle s'adonne à plusieurs activités et suit fréquemment des séances de thérapie. "J'aime apprendre la médecine et explorer la ville. Je suis reconnaissante de parler ukrainien et de bénéficier du soutien de mon tuteur, Olha, qui est devenu comme un parent pour moi".

Olha und Valeriia
Olha und ValeriiaPhoto provided by Olha

Elle a rencontré Olha lors de réunions avec un psychothérapeute et a établi un lien fort.

"En sa présence, je peux embrasser ma jeunesse et oublier momentanément les responsabilités de l'âge adulte. J'apprécie le soutien psychologique que j'ai reçu", ajoute Valeriia. Elle bénéficie de consultations thérapeutiques gratuites offertes par Voices of Children (Les voix des enfants), ce qui l'aide à surmonter les épreuves qu'elle a traversées.

Quels sont les effets psychologiques subis par les enfants après avoir vécu une occupation ?

À leur retour en Ukraine, l'état mental des enfants est profondément influencé par ce qu'ils ont vécu pendant l'occupation, explique Yulya Tukalenko, psychologue à la fondation caritative Voices of Children.

PUBLICITÉ

"Des facteurs tels que la durée de leur séjour, les conditions de vie, l'âge et les épreuves qu'ils ont endurées jouent un rôle important", ajoute-t-elle. La privation, en particulier en termes d'interaction sociale limitée et de restriction des mouvements, est un défi commun auquel les enfants sont confrontés. L'exposition prolongée à des conditions dangereuses, où le fait de parler ukrainien ou de manifester son soutien pourrait être préjudiciable, favorise la méfiance à l'égard des autres.

Un bus transportant des enfants rapatriés arrive en Ukraine.
Un bus transportant des enfants rapatriés arrive en Ukraine.Photo provided by Save Ukraine

Selon Tukalenko, les conséquences de ces expériences se manifestent souvent par divers symptômes dans les domaines comportemental, émotionnel et physique. Il s'agit notamment d'explosions émotionnelles, de tristesse, d'automutilation, de troubles du sommeil et de problèmes digestifs. En l'absence de traitement, ces symptômes peuvent évoluer vers des pathologies plus graves comme la dépression, les troubles anxieux et l'altération du fonctionnement social. C'est pourquoi il est essentiel que des professionnels qualifiés interviennent rapidement pour traiter et atténuer les effets à long terme de l'occupation sur la santé mentale des enfants.

**Sur près de 20 000 enfants enlevés et déplacés, seuls 400 ont été rapatriés

**

Depuis l'invasion totale de l'Ukraine par la Russie en 2022, les organisations ukrainiennes et internationales ont fait état de graves violations des droits de l'homme à l'encontre des enfants. Les rapports font état d'enfants déportés ou déplacés de force par les forces russes, soumis à la rééducation et à l'adoption forcée.

L'initiative Children of War rapporte que plus de 19 500 enfants ont été déportés ou déplacés, et que moins de 400 sont revenus. En réponse, la Cour pénale internationale a émis des mandats d'arrêt contre le président Vladimir Poutine et la commissaire aux droits de l'enfant du président de la Fédération de Russie, Maria Lvova-Belova, pour déportation d'enfants.

PUBLICITÉ

"Après 2014 et l'invasion totale du 24 février 2022, nous avons perdu entre 15 et 20 % de notre population infantile", a déclaré Mykola Kouleba de Save Ukraine, une organisation caritative qui vient en aide aux familles et aux enfants touchés par la guerre. Ces enfants comprennent ceux qui ont perdu leurs parents à cause des bombardements russes, ainsi que ceux qui résident dans des institutions ou qui sont placés dans des familles d'accueil, comme Valeriia, qui est orpheline. La Russie prétend que ces enfants sont privés de soins parentaux.

Une enquête de l'AP révèle que les autorités russes ont déporté des enfants ukrainiens sans leur consentement, en les convaincant que leurs parents ne veulent plus d'eux, en les exploitant à des fins de propagande et en les plaçant dans des familles russes qui leur accordent la citoyenneté.

Mykola Kouleba, fondateur de Save Ukraine, avec des enfants qui sont rentrés en Ukraine.
Mykola Kouleba, fondateur de Save Ukraine, avec des enfants qui sont rentrés en Ukraine.Photo provided by Save Ukraine

Ce processus est simplifié si les enfants sont déjà de langue maternelle russe. "Pour résoudre la question de l'acquisition de la citoyenneté russe par les enfants ukrainiens, ils ont accordé le droit de soumettre une demande pertinente au nom de l'enfant aux tuteurs et aux directeurs des institutions pour enfants, y compris les institutions éducatives et médicales. L'avis de l'enfant n'est évidemment pas pris en compte. Par conséquent, il suffit d'inscrire un enfant ukrainien dans un établissement d'enseignement ou de le faire soigner, et le directeur ou le médecin en chef a le droit de demander l'acquisition de la citoyenneté russe pour l'enfant dans le cadre d'une procédure simplifiée", a expliqué M. Kouleba.

"Le fait d'habiter dans une ville ukrainienne est comme une récompense, et je l'apprécie profondément"

Vivre à Kyiv, c'est aussi vivre sous de fréquentes alertes aux raids aériens. Il n'y avait pas d'alarmes de raids aériens, car les bombardements étaient constants lorsqu'elle vivait sous l'occupation. "Personne n'a pris la peine d'allumer le signal d'alerte aérienne pour les Ukrainiens sous l'occupation. Cependant, il y a toujours des moments d'incertitude à Kyiv. Malgré les risques, il faut continuer à vivre sa vie dans ces moments-là", explique Valeriia.

Olha et Valeriia
Olha et ValeriiaPhoto provided by Olha

Pour cette jeune fille de 17 ans, beaucoup de choses ont changé au cours des deux dernières années. Elle ajoute qu'elle n'est en contact avec aucun des jeunes de son camp qui ont choisi la Russie, même avec ses anciennes petites amies et camarades de classe. Pour elle, "être dans une ville ukrainienne est comme une récompense, et je l'apprécie profondément".

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"La guerre en Ukraine ressemble à la Première Guerre mondiale, mais avec des drones", déclare un combattant étranger

L'humoriste ukrainien Dima Watermelon explique pourquoi l'humour doit aborder la guerre

La nouvelle loi ukrainienne sur la mobilisation est entrée en vigueur