This content is not available in your region

Procès des attentats du 13 novembre : "Je n'ai tué personne", clame Salah Abdeslam

Access to the comments Discussion
Par Julien Pavy  avec AFP
euronews_icons_loading
Dessin de presse : Salah Abdeslam, lors de son audience à Paris, le 9 février 2022
Dessin de presse : Salah Abdeslam, lors de son audience à Paris, le 9 février 2022   -   Tous droits réservés  BENOIT PEYRUCQ / AFP

A Paris, le procès des attentats du 13 novembre 2015 était marqué ce mercredi par la première audition de Salah Abdeslam, le seul rescapé du commando terroriste qui a fait 130 morts sur les terrasses de cafés, au Bataclan et aux abords du Stade de France.

Cerner le profil d'Abdeslam

"Je n'ai tué personne, je n'ai blessé personne", a affirmé d'emblée le principal accusé de ce procès qui dure depuis déjà cinq mois.

Abdeslam a réaffirmé son soutien à l’État islamique faisant le parallèle avec les crimes commis par Bachar al-Assad en Syrie.

Cette première audition s'est penchée sur le profil du djihadiste de Molenbeek : un ex-petit délinquant, davantage intéressé par les soirées entre amis que par la religion et qui semble s'être tourné sur le tard vers le djihad.

Les familles des victimes sans illusions

Sur son rôle exact lors des attentats, les familles des victimes ne se font guère d'illusions quant aux informations qu'il pourrait apporter.

Philippe Duperron est le président de l'association 13Onze15 : "Dès qu'on aborde le vrai sujet, c'est à dire quelle est la mission, pourquoi et comment ont-ils été envoyés et bien on voit à ce moment là en fait qu'on se retranche non pas vraiment derrière son droit au silence mais en tout cas on répond de manière très évasive et on n'apporte pas les vraies réponses."

Le 13 novembre, Salah Abdeslam avait déposé trois des terroristes au Stade de France. Ils se sont fait exploser sans être parvenus à rentrer dans l'enceinte, tandis que Salah Abdeslam a pris la fuite.  Devant la Cour d'assise de Paris, ce dernier a affirmé pour la première fois ce mercredi avoir "renoncé" à enclencher sa ceinture explosive. Le verdict dans ce procès est attendu d'ici fin mai.