This content is not available in your region

Canada : les autorités menacent de sévir contre les manifestants qui bloquent Ottawa

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Canada - Les manifestants anti-restrictions sanitaires bloquent le pont Ambassador entre l'Ontario (Canada) et le Michigan (Etats-Unis), 9 Février 2022
Canada - Les manifestants anti-restrictions sanitaires bloquent le pont Ambassador entre l'Ontario (Canada) et le Michigan (Etats-Unis), 9 Février 2022   -   Tous droits réservés  Nicole Osborne/The Canadian Press via AP

La police canadienne a menacé pour la première fois de sévir contre les manifestants anti-mesures sanitaires qui bloquent la capitale.

"Nous vous avisons que quiconque bloque les rues ou aide d'autres personnes à les bloquer pourra être poursuivi" et "est susceptible d'être interpellé", a prévenu la police canadienne, qui a aussi menacé de saisir des véhicules alors que le Premier ministre canadien Justin Trudeau a appelé à mettre un terme à l'occupation des rues d'Ottawa qui dure depuis fin janvier.

"Les blocages, les manifestations illégales sont inacceptables" et ont "un impact négatif pour nos commerces, nos manufacturiers", a-t-il dit devant les députés.

23 arrestations

Depuis le début du mouvement canadien, 23 arrestations ont eu lieu, avait annoncé la police mardi.

Mais mercredi soir dans les rues d'Ottawa, l'ambiance était toujours à la contestation et à la fête. "On ne va nulle part", lâche John Deelstra, présent depuis le premier jour de la manifestation, derrière le volant de son camion arborant des pancartes "liberté".

Même rengaine un peu plus loin: Lloyd Brubacher, camionneur originaire de l'Ontario, affirme qu'il compte se "battre jusqu'au bout, peu importe le résultat". "Au moins je sais que je fais ma part, c'est tout ce que je peux faire... peu importe le temps que ça prendra".

Quelque 400 poids lourds sont toujours installés sur la colline parlementaire et sous les bureaux de Justin Trudeau, sans intention d'en partir.

"Canal-clé"

Mais outre les rues de la capitale fédérale Ottawa, les chauffeurs routiers et leurs soutiens veulent frapper l'économie en paralysant certaines voies commerciales essentielles. Et le blocage, depuis lundi, du pont Ambassador à la frontière avec les Etats-Unis inquiète autorités et milieux économiques, car si Ottawa est un symbole fort, ce n'est pas une capitale économique.

Ce pont suspendu, qui relie l'Ontario à Detroit, aux Etats-Unis, est crucial pour l'industrie automobile mais aussi pour les hôpitaux américains qui emploient de nombreuses infirmières canadiennes.

"Le blocage met en danger les chaînes d'approvisionnement, l'industrie automobile, parce que ce pont est un canal-clé", a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki.

Près de 2,5 millions de camions empruntent le pont Ambassador chaque année. Plus de 25% des marchandises exportées entre les Etats-Unis et le Canada y transitent.

Selon le gouvernement du Canada, près de 5 000 travailleurs d'usines situées à Windsor, ville canadienne nichée près de Detroit, ont été renvoyés chez eux en raison "des actions criminelles" des manifestants.

Les manifestants "enfreignent la loi" a condamné le ministre de la Sécurité publique Marco Mendicino, se disant prêt à envoyer des renforts à la frontière en réponse à l'appel à l'aide du maire de Windsor.

Initialement baptisé "convoi de la liberté", ce mouvement canadien visait à l'origine à protester contre la décision d'obliger les camionneurs à être vaccinés pour franchir la frontière avec les Etats-Unis. Mais il s'est rapidement transformé en mouvement contre les mesures sanitaires dans leur ensemble et contre le gouvernement.