This content is not available in your region

Kyiv veut une décision d'urgence de la Cour Internationale de Justice

Access to the comments Discussion
Par euronews
euronews_icons_loading
Des civils ukrainiens se pressent sous un pont détruit alors qu'ils tentent de fuir en traversant la rivière Irpin dans la banlieue de Kiev, en Ukraine, samedi 5 mars 2022
Des civils ukrainiens se pressent sous un pont détruit alors qu'ils tentent de fuir en traversant la rivière Irpin dans la banlieue de Kiev, en Ukraine, samedi 5 mars 2022   -   Tous droits réservés  Zurab Kurcikidze/MTI/MTVA

L'Ukraine demande ce lundi à la Cour internationale de justice de rendre une décision d'urgence pour que la Russie mette fin à l'invasion. Pour Kyiv, les raisons invoquées par Moscou pour justifier son invasion se fondent sur une interprétation erronée de la Convention sur le génocide.

Le président russe Vladimir Poutine avait déclaré que "l'action militaire de la Russie était nécessaire pour protéger les personnes qui sont victimes de génocide" dans les régions de Donetsk et de Lougansk.

Normalement les décisions de la CIJ sont contraignantes, et les pays essaient de les respecter. Toutefois, la Cour n’a aucun moyen de les faire appliquer.

Washington : "Moscou a commis des crimes de guerre en Ukraine"

De son côté, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, qui était en Lituanie dans le cadre d'une tournée des pays membres de l'OTAN en Europe, affirme avoir reçu des informations faisant état de violations commises par les Russes.

"Nous avons vu des informations très crédibles concernant des attaques délibérées sur des civils qui constitueraient un crime de guerre", a déclaré Antony Blinken, tout en assurant que les Etats-Unis "examinaient" ces informations.

Moscou : "Nous avons des preuves d'armes biologiques financées par Washington"

Le ministère russe de la Défense a affirmé que les militaires russes auraient trouvé "des preuves de la tentative de Kyiv d'éliminer les traces d'un programme d’arme biologique". Selon Moscou, ce programme serait financé par les États-Unis.

Ces accusations avaient déjà été démenties par Washington.

Inquiétudes autour de la centrale nucléaire de Zaporijia

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a exprimé dimanche sa "profonde inquiétude" à la suite d'informations concernant l'interruption des communications avec la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijia. Vendredi dernier, la Russie avait pris le contrôle de la plus grande centrale nucléaire d'Europe.

Kyiv a également dit que les militaires russes avaient coupé certains réseaux mobiles et internet et que les lignes téléphoniques, les boîtes aux lettres électroniques et les fax ne fonctionnaient plus.

D'après les autorités ukrainiennes, seules les communications par téléphone mobile y sont encore possibles, mais de mauvaise qualité, a précisé l'AIEA.

Sommet européen pour la crise des réfugiés

Les ministres des Affaires étrangères des 27 pays de l'Union européenne se sont réunis dimanche soir à Montpellier. Ce sommet de deux jours se concentrera essentiellement sur la crise des réfugiés ukrainiens et l'aide humanitaire apportée par l’UE.