EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Témoignage de réfugiées ukrainiennes à l'occasion de la journée des droits des femmes

Une mère réfugiée essuie les larmes de sa fille
Une mère réfugiée essuie les larmes de sa fille Tous droits réservés Visar Kryeziu/AP
Tous droits réservés Visar Kryeziu/AP
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ces femmes représentent environ la moitié des 2 millions de personnes qui ont fui l'invasion russe.

PUBLICITÉ

En cette journée internationale des droits des femmes, environ un million d'ukrainiennes vivent leurs premiers jours en tant que réfugiées.

Ces femmes représentent environ la moitié des 2 millions de personnes qui ont fui l'invasion russe. Avec peu de bagages, elles laissent toute une vie derrière elles, comme en témoigne Nataliya Grigoriyovna Levchinka, réfugiée ukrainienne de Donetsk : "Que dire? Je suis constamment dans une sorte de cauchemar qui ne s'arrête pas. Je ferais abstraction s'il n'y avait pas ma fille. Je ne serais pas capable de reprendre mes esprits. Nous avons tout quitté, ma famille, mes amis, tout ce pour quoi nous vivions, tout reste derrière."

La force d'esprit des Ukrainiennes, selon Katarina Pavlovna, originaire de Bakhmut, pourra tout vaincre : "Je souhaite aux femmes de rester fortes, de garder la tête froide et de garder une façon saine de penser. Il vaut mieux sauver sa vie et attendre un moment en sécurité. Les femmes ukrainiennes sont les plus fortes d'esprit, tout ira bien. Nous y croyons."

Aidantes des personnes dépendantes

Pologne, Moldavie, Roumanie... Ces femmes ukrainiennes ont souvent fui vers ces pays en accompagnant des personnes dépendantes, des personnes âgées ou de très jeunes enfants, prenant sur leurs épaules la responsabilité de s'en occuper. Irina Okhrimenko a 29 ans, et est seule avec son fils Misha, âgé d'un an et demi : "Vous savez, être avec un bébé et fuir ma famille, mon mari, ma sœur et mes parents, c'est très dur. Je suis seule ici et que je n'ai aucun soutien. Parce que ma famille est toujours à Kyiv et vit toujours dans la guerre".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Reportage à Przemyśl en Pologne, confrontée à un afflux continu de réfugiés ukrainiens

L'Autriche ferme le Danube à la navigation, des inondations meurtrières s'étendent en Europe

En Hongrie, premier débat électoral sur la télévision publique depuis 18 ans