PUBLICITÉ

Air Serbia continue de desservir Moscou, Belgrade n'a pas condamné l'invasion en Ukraine

Archive - Un comptoir d'Air Serbia à l'aéroport de Belgrade - 21 mai 2020
Archive - Un comptoir d'Air Serbia à l'aéroport de Belgrade - 21 mai 2020 Tous droits réservés Andrej Isakovic/AFP
Tous droits réservés Andrej Isakovic/AFP
Par Marko Subotich avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Air Serbia n'a pas été bannie du ciel russe, bien au contraire. La compagnie nationale serbe multiplie les rotations entre Belgrade et Moscou. C'est l'une des rares compagnies épargnées par la fermeture de l'espace aérien russe.

PUBLICITÉ

Air Serbia renforce ses liaisons entre Belgrade et Moscou. Le pays est l'un des rares à ne pas avoir condamné l'invasion de l'Ukraine. Il est aussi l'un des rares à être épargné par la fermeture de l'espace aérien russe. Une aubaine pour la compagnie nationale serbe qui multiplie les rotations entre les deux capitales. Elle affiche désormais 15 vols par semaine contre 7. Une manière aussi de compenser la suspension des vols de la compagnie russe Aeroflot, qui ne peut plus desservir Belgrade car bannie de l'espace aérien européen.

"La Serbie a déjà déposé une demande de rotations supplémentaires sur sa ligne Belgrade Moscou-Belgrade auprès de l'agence fédérale russe pour le transport aérien. La presse russe note qu'Air Serbia élargira sa flotte en louant des avions supplémentaires à l'actionnaire minoritaire Etihad Airways pour répondre à une demande croissante et inattendue vers la Russie" explique notre correspondant en Serbie, Marko Subotich.

La Russie a interdit l'accès à son espace aérien aux compagnies de 36 pays en réponse aux restrictions européennes. Le hub de Belgrade profite aussi aux compagnies de l'Union européenne qui ont augmenté leurs vols à destination et en provenance de la Serbie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Condamnations unanimes après l'attaque contre un hôpital pour enfants de Marioupol

Invasion russe de l'Ukraine : guerre des mots à Kyiv et Moscou

No Comment : Visite de Xi-Jinping en Serbie