Procès des attentats du 13 novembre : Salah Abdeslam réaffirme qu'il avait "renoncé" à tuer

Archives : Dessin de presse : Salah Abdeslam, lors de son audience à Paris, le 9 février 2022
Archives : Dessin de presse : Salah Abdeslam, lors de son audience à Paris, le 9 février 2022 Tous droits réservés BENOIT PEYRUCQ / AFP
Tous droits réservés BENOIT PEYRUCQ / AFP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Lors de cette 102e journée d'audience, le principal accusé est revenu sur le déroulé de la journée du 13 novembre 2015.

PUBLICITÉ

"J'ai renoncé à enclencher ma ceinture. Pas par lâcheté, pas par peur. Mais parce que je voulais pas, c'est tout". Salah Abdeslam est sorti de son mutisme ce mercredi pour réaffirmer ce qu'il avait déjà déclaré en février dernier.

Dans un premier temps ce 30 mars, le principal accusé au procès des attentats du 13 Novembre 2015 à Paris avait décidé d'exercer son "droit au silence" en refusant de répondre à la cour d'assises spéciale, alors que devaient être abordées des questions cruciales, comme celle de la non-activation de sa ceinture explosive.

Mais lorsque les questions se sont faites plus précises, sollicité par les avocats des parties civiles, Salah Abdeslam a finalement pris la parole. Il a notamment expliqué qu'il avait menti à "ses frères" en disant que sa ceinture n'avait pas fonctionné, parce qu'il "avait honte", comme l'indique une journaliste de la radio publique France Inter présente ce mercredi dans la salle d’audience.

Avant la fin de son interrogatoire, Salah Abdeslam s'est ensuite une nouvelle fois muré dans son silence. L'audience a été suspendue peu avant 16h pour reprendre ensuite avec l'audition d'un expert en explosifs.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le procès du 13-Novembre est-il totalement fini ? Réponse du président de l'association des victimes

Procès des attentats: Abdeslam dit être "rentré" dans un café et avoir "renoncé" à se faire exploser

Nouvelle-Calédonie : un sixième homme est mort dans des affrontements