Hong Kong : Carrie Lam renonce à un second mandat

La dirigeante de 64 ans Carrie Lam après avoir annoncé son intention de ne pas briguer de deuxième mandat.
La dirigeante de 64 ans Carrie Lam après avoir annoncé son intention de ne pas briguer de deuxième mandat. Tous droits réservés Vincent Yu/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved.
Par Camille PauvarelEuronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La cheffe de l’exécutif a averti le gouvernement de Pékin qu'elle souhaitait quitter le pouvoir au terme de son mandat le 30 juin.

PUBLICITÉ

La dirigeante hongkongaise passe son tour. Carrie Lam ne briguera pas de second mandat après cinq années rythmées par des manifestations pro-démocratie demandant sa démission et une épidémie de Covid-19 qui a lourdement frappé sa ville.

Carrie Lam était devenue, en 2017, la première femme à diriger Hong Kong. A 64 ans, la fonctionnaire a assuré que le gouvernement de Pékin, qu'elle a averti de ses intentions en mars 2021, avait "compris et respecté" son choix, qu'elle a justifié par "des considérations familiales". Pour le moment, aucune candidature sérieuse n'a été dévoilée alors que la ou le prochain chef de l’exécutif sera désignée le 8 mai. Sa sélection ne résulte pas d'une élection directe, l'une des principales revendications du camp démocrate mais de la décision d'un comité de 1 500 personnes, toutes acquises au régime chinois. Ce collège électoral représente 0,02% d'une population de 7,4 millions d'habitants.

Le mandat de l'actuelle dirigeante se termine le 30 juin prochain. 

Le prochain dirigeant prendra ses fonctions le 1er juillet, jour du 25ème anniversaire de la rétrocession à la Chine de l'ancienne colonie britannique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'ex-patron de la sécurité John Lee désigné à la tête de Hong Kong

Covid-19 : Hong Kong impose trois tests obligatoires de dépistage à tous ses résidents

Hong Kong : 47 militants pro-démocratie inculpés pour "subversion"