EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Vladimir Poutine minimise à nouveau l'effet des sanctions occidentales

Le président russe Vladimir Poutine, dirigeant une réunion en visio-conférence, depuis Moscou, le 15/04/2022
Le président russe Vladimir Poutine, dirigeant une réunion en visio-conférence, depuis Moscou, le 15/04/2022 Tous droits réservés MIKHAIL KLIMENTYEV/AFP or licensors
Tous droits réservés MIKHAIL KLIMENTYEV/AFP or licensors
Par euronews & AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président russe a déclaré que les sanctions occidentales étaient un échec, tout simplement, et que la "stratégie de la guerre éclair économique" n'avait pas marché.

PUBLICITÉ

Vladimir Poutine minimise à nouveau la portée des sanctions prises contre son régime. Le président russe, s'il a appelé ce lundi son gouvernement à aider les citoyens face à l'inflation galopante, a déclaré que les sanctions occidentales étaient un échec, tout simplement, et que la "stratégie de la guerre éclair économique" n'avait pas marché.

"Le principal facteur négatif pour notre économie ces dernières années a été la pression des sanctions, toujours la pression des sanctions des pays occidentaux. Mais la stratégie de blitzkrieg économique a échoué. D'ailleurs, les sanctions n'ont pas été sans effet pour les initiateurs eux-mêmes. Je parle de la croissance de l'inflation et du chômage, de la détérioration de la dynamique économique aux États-Unis et dans les pays européens, de la baisse du niveau de vie des Européens, de la dévaluation de leur épargne."

Certes, si les dizaines de mesures prises par l'Union Européenne et les Etats-Unis n'ont pas permis de faire cesser l'invasion de l'Ukraine, dire que les sanctions sont un échec n'est pas un avis partagé par tous, loin de là : Selon la présidente de la Commission européenne,les exportations vers la Russie ont chuté de 70%, des centaines d'ntreprises ont quitté le pays, et le PIB russe va chuter de 11%. Ursula Von der Leyen conclut : la banqueroute de l'Etat russe n'est qu'une question de temps.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : un soldat américain condamné à de la prison en Russie

Vladimir Poutine attendu en Corée du Nord

Russie : prise d'otages dans une prison, ravisseurs tués suite à l'assaut des forces de l'ordre