Mali : l'armée française se dit victime d'une attaque informationnelle

Capture d'écran de la vidéo de l'armée française prise par drone
Capture d'écran de la vidéo de l'armée française prise par drone Tous droits réservés AFP
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'armée française accuse les mercenaires russes du groupe Wagner de faire circuler de fausses informations depuis le retrait de la base de Gossi.

PUBLICITÉ

L’armée française se dit victime d’une attaque informationnelle au Mali. Sur une vidéo qu’elle a prise par drone, on peut voir des soldats en train d’entasser des corps et de filmer la scène. Ces soldats seraient en fait des mercenaires russes du groupe Wagner qui agiraient dans le but d’accuser les Français après leur retrait de la base de Gossi.

Les clés de cette emprise qui accueillait 300 soldats français ont été remises mardi aux forces armées maliennes dans le cadre du désengagement de la France du Mali, annoncé en février. Depuis, une photo et une vidéo montrant des cadavres en partie ensevelis sous le sable ont circulé sur twitter, accusant les Français d'exactions.

L'état-major français, qui avait prévenu s'attendre à des attaques informationnelles à l'occasion du retrait de la base de Gossi, affirme en avoir dressé un état des lieux "documenté" pour se protéger d'éventuelles accusations. Ces exactions témoigneraient des modes d'action mis en œuvre par les mercenaires de Wagner depuis leur déploiement en Centrafrique.

Le sentiment antifrançais a gagné du terrain dans la région et notamment depuis l’arrivée au pouvoir de la junte militaire au Mali. Cela a valu à la France de faire l'objet de nombreuses campagnes de dénigrement sur les réseaux sociaux.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mali : les soutiens de la junte militaire célèbrent le départ annoncé des troupes françaises

Retrait des forces armées au Mali : la lutte contre le terrorisme continue et se réorganise

Sous pression de Bamako, l'ONU sonne le glas de sa mission au Mali