Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Olaf Scholz accusé de ne pas assez agir au sujet de la guerre en Ukraine

Access to the comments Discussion
Par euronews
Le chancelier allemand Olaf Scholz
Le chancelier allemand Olaf Scholz   -   Tous droits réservés  Lisi Niesner for Associated Press via Pool Reuters

Des drapeaux ukrainiens sont toujours accrochés devant l'ambassade de Russie à Berlin et les militants continuent d'envoyer des messages à destination du président russe. Mais une crise politique couve en Allemagne. Les critiques sur la façon dont le chancelier Olaf Scholz gère l'invasion russe en Ukraine sont de plus en plus nombreuses.

Comme l’explique l’experte en géopolitique Jessica Berlin, membre du German Marshall Fund : "Déjà à l'aube de cette crise, la stratégie d'Olaf Scholz semblait être de faire le moins possible et le plus tard possible afin de ne pas être pris du mauvais côté de l'histoire. Mais à l'heure actuelle, son argument est que l'Allemagne ne peut pas faire cavalier seul. L'Allemagne ne peut agir qu'en accord avec ses alliés. Cependant, cet argument commence lentement à perdre en crédibilité parce qu'en réalité, nos alliés font beaucoup plus."

Le débat actuel ne porte pas seulement sur l'achat de gaz russe par l'Allemagne, mais aussi sur son refus d'envoyer des armes lourdes à l'Ukraine. Qu'en est-il alors du grand "Zeitenwende" - le grand changement de la politique étrangère allemande qu'Olaf Sholz avait lui-même annoncé.

L’historienne et chercheuse en science politique Liana Fix, membre de la fondation Köreber, estime que les choses bougent, mais pas assez vite pour les alliés de l'Allemagne et pour une grande partie de l'opinion publique du pays : "Le grand changement qu'Olaf Scholz a annoncé et présenté au Bundestag n'est toujours pas mis en place concrètement, et les gens commencent vraiment à douter."

Les sondages d'opinion montrent que qu'Olaf Scholz n'est pas vraiment en phase avec l'opinion publique. La plupart des Allemands souhaiteraient un arrêt des importations de gaz russe et des armes plus nombreuses et plus lourdes pour l'Ukraine. Mais il est peu probable que le gouvernement allemand change de cap.