This content is not available in your region

Ukraine : plus de 200 fosses communes découvertes près de Marioupol

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP et AP
euronews_icons_loading
Une tombe en Ukraine
Une tombe en Ukraine   -   Tous droits réservés  Rodrigo Abd/The Associated Press

De nouvelles images satellite montrent des charniers apparents dans le village de Manhush à 20 kilomètres de Marioupol, où des responsables locaux accusent la Russie d'y avoir enterrer jusqu'à 9 000 civils ukrainiens pour dissimuler le massacre qui se déroule dans cette ville portuaire en ruines, presque entièrement sous contrôle russe.

Ces images sont apparues quelques heures seulement après que le président russe Vladimir Poutine eut revendiqué jeudi la victoire dans la bataille pour Marioupol, malgré la présence d'environ 2 000 combattants ukrainiens toujours retranchés dans une aciérie géante. 

Le fournisseur d'images satellite Maxar Technologies a publié les photos, qui, selon lui, montrent plus de 200 fosses communes dans une ville où, selon les autorités ukrainiennes, les Russes ont enterré les habitants de Marioupol tués dans les combats. Les images montrent de longues rangées de tombes s'éloignant d'un cimetière existant dans la ville de Manhush, à l'extérieur de Mariupol.

"Au cours de ces huit semaines, le droit international humanitaire n'a pas simplement été ignoré, mais il a aussi été mis de côté, alors que les forces armées russes ont bombardé et pilonné de manière aveugle des zones peuplées, tuant des civils et détruisant des hôpitaux, des écoles et d'autres infrastructures civiles, autant d'actions pouvant relever de crimes de guerre" souligne Ravina Shamdasani, porte-parole du Bureau des droits de l'homme des Nations Unies (HCDH).

Le maire de Mariupol, Vadym Boychenko, a accusé les Russes de "cacher leurs crimes militaires" en prenant les corps des civils de la ville et en les enterrant à Manhush.

Les tombes pourraient contenir jusqu'à 9 000 morts, a déclaré jeudi le conseil municipal de Marioupol dans un message publié sur l'application de messagerie Telegram.

Avec un nombre croissant d'arrivée de personnes ayant fui l'Ukraine, le nombre de signalements de possibles crimes de guerre ne cesse de se multiplier.

"Nous avons  sept mille six cent soixante et une affaires pénales uniquement concernant des crimes de guerre, et plus de 3000 affaires, qui sont liées à des crimes de guerre. Nous voyons des faits de torture, lorsque nous ouvrons des fosses communes, avec des civils. Ils ont été abattus, leurs bras étaient attachés dans le dos. Nous avons des faits de crimes sexuels contre des civils, pas seulement contre des femmes, mais aussi contre des hommes, des enfants et des femmes âgées" raconte Iryna Venediktova, la procureure générale d'Ukraine.

Les Nations unies accusent l'armée russe d'actions "pouvant relever des crimes de guerre" en Ukraine. Son secrétaire général, Antonio Guterres se rendra mardi en Russie où il sera reçu par Vladimir Poutine. Ce sera leur première rencontre depuis le début de l'offensive russe en Ukraine