This content is not available in your region

Elections européennes : le principe des listes transnationales validé par le Parlement européen

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
Archives : le Parlement européen à Strasbourg, le 5 avril 2022
Archives : le Parlement européen à Strasbourg, le 5 avril 2022   -   Tous droits réservés  AP Photo/Jean-Francois Badias

Le Parlement européen a voté ce mardi en faveur de listes transnationales aux prochaines élections européennes, un système soutenu par la France et l'Allemagne, mais qui devra être approuvé à l'unanimité par les Etats membres.

Lors d'un vote serré, par 323 voix pour, 262 voix contre et 48 abstentions, les eurodéputés ont adopté un projet d'acte législatif pour mettre en place un "véritable scrutin unique européen avec des normes minimales communes", lors de leur session plénière réunie à Strasbourg.

Le texte vise à "résoudre le problème de 27 élections parallèles" dans autant d'Etats membres, a fait valoir l'eurodéputé espagnol socialiste Domènec Ruiz Devesa, rapporteur du projet, longuement applaudi dans l'hémicycle à l'issue du vote.

La création de listes transnationales de partis européens a fait l'objet de plusieurs tentatives infructueuses par le passé.

Avec un bulletin de vote distinct de celui des circonscriptions nationales, ce système permettrait aux électeurs de désigner 28 élus supplémentaires, en plus des 705 sièges actuels du Parlement. Une possibilité ouverte par le départ des élus britanniques après le Brexit.

Il donnerait aussi aux électeurs, par le biais des têtes de liste, de peser sur le choix de la présidence de la Commission européenne, actuellement choisi à l'issue de tractations entre les Etats. 

Ce système n'est pas sans rappeler celui en vigueur en Allemagne où les électeurs disposent de deux votes, l'un pour élire un candidat dans leur circonscription, l'autre pour désigner un parti.

Jour de scrutin unique organisé le 9 mai dans tous les pays de l'UE

Les réformes votées par les eurodéputés concernent aussi la généralisation du vote par correspondance, un jour unique de vote dans l'UE fixé au 9 mai (fête de l'Europe), la possibilité pour tous les Européens d'être candidat dès l'âge de 18 ans dans tous les pays et l'obligation de listes paritaires ou de quotas pour assurer une égalité entre hommes et femmes parmi les candidats.

"Il est grand temps d'introduire des changements cette année, sinon le système sera le même en 2024", date du prochain scrutin, a plaidé Vera Jourova, vice-présidente de la Commission européenne.

Cette approbation en session plénière, qui suit un vote en commission parlementaire en mars, va ouvrir des négociations avec le Conseil (représentant les Etats membres) qui devra approuver ces réformes à l'unanimité.

"Même si on envoie un message très clair, ça va être assez difficile pour obtenir une position unanime au Conseil", a reconnu l'eurodéputé allemand Martin Schirdewan, co-président du groupe de gauche radicale The Left, lors d'un point presse. Il table plutôt sur une introduction des listes transnationales aux élections de 2029.

L'idée de listes transnationales avait échoué en 2018 en raison de l'opposition de la principale force politique au Parlement européen, le PPE (droite).

Le président français Emmanuel Macron n'avait pas non plus réussi à les introduire pour les Européennes de 2019. La coalition au pouvoir en Allemagne, emmenée par le chancelier social-démocrate Olaf Scholz, est aussi partisan de cette réforme.