Vladimir Poutine commémore le "jour de la victoire" et justifie la guerre en Ukraine

Le président russe Vladimir Poutine lors du défilé militaire du Jour de la Victoire marquant la fin de la Seconde Guerre mondiale à Moscou, le 9 mai 2022
Le président russe Vladimir Poutine lors du défilé militaire du Jour de la Victoire marquant la fin de la Seconde Guerre mondiale à Moscou, le 9 mai 2022 Tous droits réservés Mikhail Metzel/Sputnik
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

"Vous vous battez pour la patrie", a clamé le président russe à ses forces armées, lors des célébrations à Moscou de la victoire de 1945 contre l'Allemagne nazie

PUBLICITÉ

Parade militaire et discours à la gloire de la patrie, en ce 9 mai, la Russie a célébré le "jour de la victoire" contre l'Allemagne nazie. Une occasion pour Vladimir Poutine de dérouler sa propagande plaçant la guerre en Ukraine dans la droite ligne de celle de 1945.

Le président russe a proclamé que son armée combattait en Ukraine pour défendre "la patrie", face à la menace que représente son voisin soutenu par l'Occident.

"Défendre la mère patrie"

"La défense de la mère patrie, quand son sort est en jeu, a toujours été sacrée", a dit Vladimir Poutine, citant des moments clefs de l'histoire russe dans les siècles passés, telle la bataille de Borodino contre Napoléon. Il a également évoqué les combats "contre l'ennemi près de Moscou et Leningrad, Stalingrad et Koursk", mais aussi "Sébastopol en Crimée et la ville ukrainienne de Kharkiv". "Et à présent, vous vous battez pour notre peuple dans le Donbass", a-t-il clamé, "pour la sécurité de notre mère patrie, la Russie".

Il a répété que l'intervention en Ukraine répondait à une menace de Kiev qui soutenu par l'Otan et Washington, préparait une attaque contre les séparatistes prorusses dans l'est du pays.

Un affrontement "inévitable" avec "les néo-nazis"

"Tout indiquait qu'un affrontement avec les néo-nazis, les adeptes de Bandera, sur lesquels les États-Unis et leurs jeunes partenaires misaient, serait inévitable. La Russie a opposé une riposte préventive à l'agression. C'était une décision opportune et la seule bonne décision. La décision d'un pays souverain, fort et indépendant", a clamé le chef du Kremlin.

Dans ce bref discours, il a aussi souligné que tout devait être fait pour éviter a-t-il dit que "l'horreur d'une nouvelle guerre globale ne se répète".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : le moral des soldats russes est au plus bas à Zoporijia, selon l'ISW

Washington annonce de nouvelles sanctions contre la Russie

Kyiv dément que la prise d'Avdiivka a fait des "centaines" de prisonniers