This content is not available in your region

Accueil des réfugiés ukrainiens : un "guichet unique" à Lyon

Access to the comments Discussion
Par Olivier Peguy
euronews_icons_loading
Olena, réfugiée ukrainienne, tenant son autorisation provisoire de séjour délivrée par le Centre d'accueil de Lyon-Villeurbanne / le 11/05/2022
Olena, réfugiée ukrainienne, tenant son autorisation provisoire de séjour délivrée par le Centre d'accueil de Lyon-Villeurbanne / le 11/05/2022   -   Tous droits réservés  euronews

Un lieu unique pour faciliter les démarches administratives pour les réfugiés venus d'Ukraine. Le site se trouve à Villeurbanne, près de Lyon, dans une ancienne entreprise de cartons.

Ce centre a été ouvert le 28 mars. Dans les premières semaines, il a accueilli chaque jour plusieurs centaines de personnes. Aujourd'hui, le flot s'est un peu tari. Mais le dispositif est toujours bien opérationnel.

Ici, les nouveaux arrivants obtiennent, en premier lieu, une autorisation provisoire de séjour (APS), délivrée par la préfecture.

"Le fait de savoir qu'ils ont un endroit qui leur est dédié les rassure beaucoup, explique Julien Perroudon, Secrétaire général adjoint préfecture du Rhône. S'ils passent cette porte, ils ressortiront avec une décision qui sera
- soit votre dossier est trop compliqué, ou il y a des problèmes et on va vous recontacter en préfecture
- soit, il n'y a pas de problème et vous pouvez tout dérouler derrière."

euronews
Julien Perroudon, secrétaire général adjoint de la Préfecture du Rhône (à dr.), en visite au Centre d'accueil dédié aux réfugiés venus d'Ukraine à Lyon-Villeurbanne - le 11/05euronews

De Dnipro à Villeurbanne

Olena Dorosheva est arrivée il y a quelques jours en provenance de Dnipro, dans l'est de l'Ukraine. Elle ne cache pas son émotion de recevoir son document de séjour.

"C'est la fin de mes souffrances, au moins pour quelques temps, veut-elle croire. Mes angoisses vont cesser.Je vais enfin me sentir en sécurité."

Elle raconte avoir d'abord séjourné dans un centre de réfugiés, de manière provisoire. "J'ai été très bien accueillie. Les Français m'ont fourni de l'aide. Il y avait des traducteurs pour m'aider à comprendre. On m'a offert de quoi manger, j'ai reçu toute sorte de soutien."

"J'aimerai pouvoir rester ici, confie-t-elle. Et là, même si mon titre de séjour est valable juste pour 6 mois, c'est déjà bien ! Je suis très reconnaissante vis-à-vis de ceux qui nous aident."

C'est la fin de mes souffrances, au moins pour quelques temps.
Je vais enfin me sentir en sécurité.
Olena Dorosheva
réfugiée ukrainienne
euronews
Olena Dorosheva (à g.), réfugiée ukrainienne, et Olena Versanne, traductrice, au centre d'accueil dédié aux réfugiés venus d'Ukraine - Lyon-Villeurbanne, le 11/05/2022euronews

Un sésame

L' autorisation provisoire de séjour est valable 6 mois, renouvelable jusqu'à 3 ans. C'est un sésame qui ouvre de nombreux droits, en terme de santé, de logement, d'éducation pour les enfants.

Elle permet aussi à son titulaire de pouvoir travailler et de toucher l'allocation pour demandeur d'asile (ADA).

Pour la plupart, elle est synonyme du début d'une nouvelle vie.

Olena Versanne est une des traductrices employées au Centre d'accueil. "A chaque famille qui vient, commente-t-elle, les gens essaient de m'expliquer leur situation, c'est parfois très difficile. Il y a des situations vraiment terribles, surtout les gens qui viennent des régions bombardées et dévastées.Donc, j'essaie de faire le maximum de choses pour les rassurer, pour leur dire que tout va bien se passer, qu'ils sont bienvenus ici en France."

"Les choses se passent très bien", souligne Sami Boubakeur, directeur territorial de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII). Son organisme est un des acteurs-clés du Centre d'accueil. "Chaque service a appris à collaborer en bonne entente avec les autres, insiste-t-il. Il y a de l'homogénéité et de la fluidité !"

"La France montre là ce qu'elle a de meilleur"

En plus des démarches civiles rendues possible dans ce centre, une prise en charge médicale est également prévue pour celles et ceux qui en auraient besoin. 

Plusieurs médecins et infirmières sont ainsi mobilisés pour assurer des consultations. 

Un de initiateurs de ce volet médical est le docteur Jacques Caton. Il a rapidement compris l'intérêt d'une telle plate-forme multi-services. 

"Je suis émerveillé par cette organisation, affirme-t-il. Franchement, je trouve que la France montre là ce qu'elle a de meilleur. On a une prise en charge complète, totale, en un temps minimum !"

Euronews
Le Dr Jacques Caton, un des médecins mobilisés au Centre d'accueil dédié aux réfugiés venus d'Ukraine - Lyon-Villeurbanne, le 11/05/2022Euronews

Ce centre d'accueil est presque victime de son succès. 
Certains réfugiés venant d'autres pays regrettent que de telles conditions d'accueil ne soient réservées qu'aux Ukrainiens.