This content is not available in your region

Procès des attentats de Paris : Jesse Hugues assure avoir "pardonné"

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
Le chanteur des Eagles of Death Metal, Jesse Hughes et le guitariste Eden Galindo, à l'extérieur de la salle du tribunal spécial, le mardi 17 mai à Paris.
Le chanteur des Eagles of Death Metal, Jesse Hughes et le guitariste Eden Galindo, à l'extérieur de la salle du tribunal spécial, le mardi 17 mai à Paris.   -   Tous droits réservés  Christophe Ena/Copyright 2022 The Associated Press.

"Ces événements ont changé ma vie à jamais". Voici les mots de Jesse Hughes, chanteur du groupe de rock américain Eagles of Death Metal, qui se produisait au Bataclan le soir de l'attaque djihadiste du 13 novembre 2015.

Il était auditionné ce mardi par la cour d'assises spéciale de Paris, dans le cadre du procès des attentats. 

D'une voix forte et claire, Jesse Hughes a rappelé comment, "au milieu du concert", il a entendu des tirs. "Venant d'une communauté désertique en Floride, je connais le son des armes. J'ai reconnu que c'était des tirs", dit-il, "je savais ce qui allait arriver, je sentais la mort se rapprocher de moi".

Avec émotion, il a aussi évoqué sa difficile reconstruction et son sentiment de culpabilité, alors que 90 personnes venues voir son concert ont été tuées ce soir-là. "Tous ceux qui étaient au concert ce soir-là étaient mes amis" a-t-il déclaré, ajoutant : "Je pense aux familles des victimes tous les jours". 

Jesse Hughes a toutefois assuré avoir "pardonné" aux "pauvres âmes qui ont commis ces actes". 

"C’est important de pardonner. Je suis chrétien et tout le monde peut être perdu et tout le monde a besoin de trouver le chemin et la plupart de ces messieurs le font, alors je leur pardonne et j’espère qu’ils trouveront eux-mêmes la paix de Dieu", a-t-il affirmé aux journalistes, à l'issue de son audition. 

Le procès titanesque des attentats de Paris a commencé le 8 septembre dernier, et doit se dérouler jusqu'à la fin du mois de mai. 20 personnes sont dans le box des accusés dont 14 ont comparu physiquement devant la Cour d'Assise

Parmi elles, Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos, et qui présenté ses excuses aux victimes des attentats, au terme de son dernier interrogatoire.