Shanghaï : un confinement interminable, qui exaspère la population

Des habitants de Shanghaï font la queue pour se faire dépister du Covid-19, le 17 mai 2022, Chine
Des habitants de Shanghaï font la queue pour se faire dépister du Covid-19, le 17 mai 2022, Chine Tous droits réservés Liu Ying/Xinhua
Tous droits réservés Liu Ying/Xinhua
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

À Shanghaï, les contrôles stricts exercés par les comités de quartier exaspèrent la population, confinée depuis plusieurs semaines.

PUBLICITÉ

Voilà deux mois que la ville chinoise de Shanghaï est soumise à un confinement strict pour tenter de contenir la propagation du Covid-19. D'après les autorités, un retour à la normale est prévu en juin, mais dans certains quartiers, les habitants demandent de pouvoir sortir.

Cette décision relève des comités de quartiers, ces autorités locales que Pékin a missionné pour gérer les déplacements des citoyens, donnant lieu à certains échanges tendus.

Comme le montrent notre sujet ci-dessus, des résidents échangent avec leur comité de quartier en affirmant que les informations à la télévision avaient annoncé une réouverture. Le représentant local répond par la négative.

Pourtant, dans certains arrondissements, des habitants sont parvenus à sortir après avoir protesté auprès de leur "gardien" local. Une petite victoire qui encouragé d'autres habitants à faire de même.

Récemment, la mégalopole chinoise a instauré des "zones de prudence", là où le Covid ne circule quasiment plus et où les citoyens sont théoriquement censés avoir le droit de sortir. Elles concernent environ 20 millions de personnes. Mais dans les faits, les "gardiens" locaux rechignent souvent à accorder des laissez passer, de peur que l'épidémie ne reprenne, car un seul cas suffirait à refermer tout un quartier pendant deux semaines.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Iran : une manifestation dispersée avec des gaz lacrymogènes et tirs de sommation

Scholz en visite en Chine pour favoriser la coopération économique

No Comment : le panda géant Fu Bao quitte la Corée du Sud