This content is not available in your region

Ukraine : Kyiv de nouveau bombardée, les russes pilonnent en continu à l'Est

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Tir
Tir   -   Tous droits réservés  Natacha Pisarenko/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Des explosions ont secoué Kyiv tôt dimanche et des alertes aux raids aériens ont résonné dans plusieurs autres localités d'Ukraine, alors que des "combats de rues" se déroulent à Severodonetsk, ville stratégique de l'Est que Moscou tente de contrôler.

Kyiv s'est réveillée de nouveau sous les bombes, les premières depuis la fin du mois d'avril, alors que la capitale ukrainienne avait renoué avec un semblant de vie normale.

Le maire de la capitale Vitali Klitschko a fait état dans la matinée de plusieurs explosions, dans les quartiers de Darnytsky et Dnipropetrovsky, faisant un blessé.

"L'agresseur continue de lancer des missiles et de mener des frappes aériennes sur les infrastructures militaires et civiles de notre pays, en particulier à Kyiv", a écrit l'état-major de l'armée ukrainienne sur sa page Facebook.

Vladimir Poutine de son côté a menacé de riposter, si les Etats-Unis livrent de nouveaux missiles à l'Ukraine :"De toute façon, toute cette agitation autour des livraisons d'armes supplémentaires n'a qu'un seul objectif : faire traîner le conflit armé le plus longtemps possible. Mais si ces livraisons doivent avoir lieu, nous en tirerons des conclusions, et nous utiliserons nos propres moyens de destruction dont nous disposons, pour frapper les cibles que nous n'avons pas encore frappé".

L'Est toujours ciblé

Dans l'est de l'Ukraine, des combats de rue se déroulent dans la ville de Severodonetsk, au cœur de l'offensive russe dans le bassin minier du Donbass. Cette région orientale est sous le contrôle partiel de séparatistes pro-russes depuis 2014 et Moscou espère la conquérir en intégralité.

"La situation à Severodonetsk, où les combats de rue continuent, reste extrêmement difficile", a affirmé le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans une vidéo diffusée dans la nuit de samedi à dimanche, déplorant des "raids aériens, tirs d'artilleries et de missiles constants".

La Russie a affirmé samedi que des soldats ukrainiens se retiraient de la ville. "Des unités de l'armée ukrainienne, ayant subi des pertes critiques au cours des combats pour Severodonetsk (jusqu'à 90% dans plusieurs unités), se replient vers Lyssytchansk", une localité voisine, a assuré le ministère russe de la Défense.

Mais Kyiv affirme combattre pour reconquérir la ville. Les troupes russes "ont réussi à entrer dans la ville et à s'emparer d'une bonne partie de celle-ci, en la divisant en deux. Mais nos militaires sont parvenus à se redéployer, à construire une ligne de défense. Actuellement, nous faisons le nécessaire pour rétablir le contrôle total" de Severodonetsk, a déclaré Olexandre Striouk, maire de la ville, évoquant des "combats de rue".

ANATOLII STEPANOV/AFP
Des militaires ukrainiens parcourent la ville de Severodonetsk, dans l'est de l'Ukraine.ANATOLII STEPANOV/AFP

Un peu plus tôt, le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï assurait également que "de premières informations indiquent qu'ils (les Russes) ont réussi à prendre le contrôle de la majeure partie de la ville. Mais nos forces les repoussent maintenant".

Contre-attaques

Pour l'Institut américain pour l'étude de la guerre (ISW), la dynamique a changé et désormais les forces ukrainiennes "ralentissent avec succès (...) les assauts russes à Severodonetsk à travers des contre-attaques locales prudentes et efficaces".

Les combats se poursuivent aussi sur les autres fronts. Selon le ministre ukrainien de la Défense, "la Russie continue de faire des efforts pour occuper tout notre Etat". Le Kremlin rêve, a assuré Oleksiï Reznikov, de "rassembler les terres" qu'il considère comme "siennes", y compris "la Pologne, les pays baltes, la Slovaquie et d'autres".

Crimée, Donbass, sud de l'Ukraine: au total, la Russie a triplé, depuis le début de l'invasion, la superficie de territoire ukrainien sous son contrôle atteignant 125.000 km², soit 20% du pays, selon Volodymyr Zelensky.

Sur le front méridional, dans la région de Kherson, Moscou "continue de bombarder les territoires occupés et les positions de l'armée ukrainienne", a annoncé la présidence ukrainienne, qui craint une crise humanitaire dans les zones aux mains des Russes.

Le port de Mykolaïv a aussi été touché par un missile, ainsi qu'une entreprise agricole dans le grand port d'Odessa, où "des entrepôts ont été endommagés" et deux personnes sont mortes, selon Kyiv.