This content is not available in your region

Forum de dialogue de Prespa 2022 : le statut de candidat de l’Ukraine à l'UE au cœur des discussions

Access to the comments Discussion
Par Borjan Jovanovski  avec euronews
euronews_icons_loading
Volodymyr Zelensky, président de l'Ukraine.
Volodymyr Zelensky, président de l'Ukraine.   -   Tous droits réservés  LUDOVIC MARIN/AP

La deuxième édition du Forum de dialogue de Prespa se poursuivait à Ohrid en Macédoine du Nord ce samedi.

Dernière journée de réflexion pour les chefs d’Etat et diplomates de la région et de l’UE autour du thème de l’évènement, à savoir : "Façonner l'avenir des Balkans occidentaux dans l'architecture de sécurité européenne contemporaine". La recommandation de la Commission européenne aux 27 États membres de l’UE d'accorder à l'Ukraine le statut de candidat à l'Union européenne était bien évidemment au menu des discussions et au cœur des analyses.

Il est probable que le prochain Conseil de l’Union européenne n’aurait jamais débattu du statut de candidat de l'Ukraine à l'UE si ce pays n’était pas en guerre
Borut Pahor
Président slovène

"Soyons honnêtes, il est probable que le prochain Conseil de l’Union européenne n’aurait jamais débattu du statut de candidat de l'Ukraine à l'UE si ce pays n’était pas en guerre. Mais je pense que c'est une bonne initiative et je la soutiens. Je suis l’un des neufs dirigeants à soutenir cette action et l’obtention par le Conseil d’un consensus sur le statut de la candidature de l’Ukraine à l’UE. Mais je viens parallèlement d'envoyer une lettre officielle au président du Conseil européen, Charles Michel, pour que la Bosnie-Herzégovine obtienne la même chose", précise Borut Pahor, le président slovène.

Selon de nombreux intervenants à ce forum, donner à l'Ukraine le statut de candidat à l'UE sera un signal important, mais seulement s'il va dans le sens du renforcement de l’engagement européen avec les Balkans occidentaux définit en 2018.

"Tous les pays qui souhaitent l'élargissement sont sur la même page. La crédibilité de l'élargissement vis-à-vis de l'Ukraine, de la Moldavie, des Balkans occidentaux est la même pour tous. Si les Ukrainiens constatent que, même en ce qui concerne de petits pays comme le Monténégro, la Macédoine ou l'Albanie, l'Union européenne n’arrive pas à se mettre d’accord pour aller de l’avant, qu'est-ce que cela peut signifier pour un grand pays comme l’Ukraine ? Si les Balkans occidentaux observent qu'un pays comme l'Ukraine, qui est en guerre, n’est pas considérée plus que ça en matière d'élargissement, ils se demanderont qui peut alors croire en cette perspective d'élargissement européen", détaille Manuel Sarrazin, envoyé spécial du gouvernement allemand pour les Balkans occidentaux.

Borjan Jovanovski, euronews :

"L'Ukraine attend son statut de candidat à l'UE comme un signe fort de solidarité. La qualité de ce message de l'UE dépendra des efforts actuels de la présidence française pour convaincre la Bulgarie de lever son veto à un démarrage des négociations d'adhésion de la Macédoine du Nord et de l’Albanie à l’UE".