France : le gouvernement échappe à une motion de censure déposée par la gauche

La Première ministre française Elisabeth Borne à l'Assemblée nationale (11/07/2022)
La Première ministre française Elisabeth Borne à l'Assemblée nationale (11/07/2022) Tous droits réservés ALAIN JOCARD/AFP or licensors
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'Assemblée nationale a rejeté la motion de censure de gauche soutenue par seulement 146 députés.

PUBLICITÉ

En France, la Première ministre Elisabeth Borne a sans surprise échappé à une motion de défiance déposée par la Nupes, la coalition des partis de gauche qui rassemble 151 députés à l'Assemblée nationale.

Sans l'appui des autres groupes d'opposition, de droite et d'extrême-droite, cette motion n'avait aucune chance d'obtenir la majorité absolue de 289 voix  qui aurait permis de faire tomber le gouvernement minoritaire issue des dernières élections législatives. La motion n'a été soutenue que par 146 députés.

Les députés de gauche dénoncent le manque de légitimité de la Première ministre nommée par Emmanuel Macron. Celle-ci a répondu dénoncé un obstacle au travail parlementaire, une semaine après son discours de politique générale.

"J'aurais aimé vous retrouver pour parler emploi, éducation, santé. J'aurais aimé vous parler des sujets qui préoccupent les Français qui pèsent sur leur quotidien et pour lesquels ils nous demandent des réponses", a déclaré Élisabeth Borne à la tribune de l'Assemblée nationale.

Cette motion de censure a repoussé les débats sur la situation sanitaire, alors que la France fait face à une nouvelle poussée épidémique. Les députés devaient examiner dans la soirée des mesures pour freiner l'explosion des nouvelles contaminations.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Hommage : Missak Manouchian et son épouse Mélinée reposent désormais au Panthéon

Gabriel Attal donne des gages aux agriculteurs avant le salon de l'Agriculture

Loi immigration : les opposants demandent à Emmanuel Macron de ne pas promulguer la loi