This content is not available in your region

Israël : le nucléaire iranien au menu des discussions entre Joe Biden et les dirigeants israéliens

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
Joe Biden, président des Etats-Unis.
Joe Biden, président des Etats-Unis.   -   Tous droits réservés  Evan Vucci/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved

Joe Biden est arrivé en Israël. Il s'agit de la première étape de son voyage au Proche et Moyen-Orient. Ce jeudi, le président américain doit s'entretenir avec les dirigeants israéliens, notamment sur le dossier brûlant du nucléaire iranien.

Il s’agit de sa première tournée au Moyen-Orient depuis qu’il a été élu président des Etats-Unis. Joe Biden est arrivé en Israël. Après avoir réaffirmé l'engagement "inébranlable" de son pays envers l’Etat hébreu, il a aussi souligné la nécessité, selon lui, de conclure un accord nucléaire avec Téhéran. Le sujet est délicat quand on sait qu’Israël tente d'empêcher les puissances occidentales, dont les Etats-Unis, de relancer le pacte international de 2015 encadrant le programme nucléaire de Téhéran.

"La seule chose qui soit pire que l'Iran actuel est un Iran doté d'armes nucléaires et si nous le pouvons, nous devons revenir à l'accord et le tenir fermement. Je pense que le dernier président a commis une erreur gigantesque en se retirant de cet accord. Les Iraniens sont plus proches de l'arme nucléaire aujourd'hui qu'ils ne l'étaient auparavant. Nous pouvons agir contre cela avec un accord qui peut limiter leur programme", a dit Joe Biden lors d'une interview en amont de son voyage.

Le dernier président américain, Donald Trump, avait sabordé ledit accord en 2018 pour rétablir des sanctions contre Téhéran dans le cadre d'une campagne dite de "pression maximale" contre l’Iran.

La seule chose qui soit pire que l'Iran actuel est un Iran doté d'armes nucléaires
Joe Biden
Président américain

"Déclaration de Jérusalem"

Israël craint non seulement de voir son ennemi iranien se doter de l'arme nucléaire – ce que nie Téhéran - mais aussi que la levée de sanctions regarnissent les coffres de la République islamique, ce qui augmenterait alors, selon l'Etat hébreu, le soutien de Téhéran à ses alliés dans la région, notamment le Hezbollah libanais et le Hamas palestinien.

Ce jeudi, Joe Biden devrait signer un texte scellant la coopération des Etats-Unis et de l'Etat hébreu. Ce document baptisé seulement par Israël, "Déclaration de Jérusalem", doit, selon un haut responsable israélien exprimer "une position très claire et unie contre l'Iran, son programme nucléaire et son agression à travers la région".