L'AIEA et l'Iran trouvent un accord autour de la surveillance du programme nucléaire

L'AIEA et l'Iran trouvent un accord autour de la surveillance du programme nucléaire
Tous droits réservés AP Photo
Par Laura Berlioz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), dont le chef Rafael Grossi se trouve à Téhéran, a annoncé avoir trouvé un accord avec l'Iran au sujet du matériel de surveillance du programme nucléaire.

PUBLICITÉ

Après avoir dénoncé un manque de coopération de la part de l'Iran, c'est un petit pas dans le dossier nucléaire qui n'avançait plus depuis des mois. Le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique était en déplacement dimanche 12 septembre à Téhéran,  et a annoncé avoir trouvé un accord au sujet de la surveillance du programme nucléaire.

Autrement dit, l'Iran autorise désormais les inspecteurs internationaux à installer de nouvelles cartes mémoires dans les caméras qui se trouvent sur les sites nucléaires sensibles pour continuer à filmer même si l'accès aux caméras est toujours restreint. En effet, l'ONU ne pourra pas accéder aux enregistrements car ils seront **scellés et conservés en Iran. **

"Aujourd'hui, nous sommes en mesure d'avoir un résultat très concret qui assure la continuité du fonctionnement des équipements de l'agence ici, ce qui nous est indispensable pour fournir les garanties et les informations nécessaires à l'AIEA et au monde pour prouver que tout est en ordre.", affirme, Rafael Grossi chef de L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Pourparlers à Vienne

Le conseil des gouverneurs, l'organe exécutif de l'agence internationale de l'énergie atomique, tient des pourparlers à Vienne dès ce lundi 13 septembre pour discuter de la situation en Iran.

Si l'Iran a restreint en février l'accès des inspecteurs à certaines de ses installations nucléaires,Ce nouvel arrangement leur donne un répit jusqu'à la prochaine réunion prévue dans deux mois. Les grandes puissances tentent en effet de ressusciter l'accord nucléaire de 2015, mis à mal par Donald Trump, qui avait rétablit les sanctions américaines. En retour, l'Iran n'avait pas respecté la plupart de ses engagements.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les dirigeants de l'UE se mobilisent contre l'attaque de l'Iran contre Israël

Israël affirme avoir intercepté 99 % des drones et missiles lancés par l'Iran

Moyen-Orient : les États-Unis tentent d’éviter une escalade du conflit