This content is not available in your region

Indonésie : dix morts dans une attaque attribuée à des séparatistes

Access to the comments Discussion
Par euronews  avec AFP
euronews_icons_loading
police indonésienne
police indonésienne   -   Tous droits réservés  AP

Dix personnes ont été tuées par balles samedi dans la province indonésienne de Papouasie dans une embuscade que la police a attribuée à des rebelles séparatistes.

Deux autres personnes ont été grièvement blessées dans la fusillade qui a éclaté dans une zone montagneuse reculée lorsqu'une vingtaine de personnes, dont trois munies d'armes à feu et les autres d'armes blanches, ont attaqué un camion transportant des civils.

Parmi les victimes figuraient des commerçants transportant leur marchandise dans un autre village, a précisé la police.

"Lorsque le poids-lourd s'est arrêté, le KKB a ouvert le feu sur le véhicule à une distance de 50 mètres", a déclaré le porte-parole de la police de Papouasie Ahmad Mustofa Kamal, utilisant un sigle pour désigner les groupes séparatistes de la région.

Les motivations des assaillants n'étaient pas claires, mais la police et l'armée mènent une enquête pour savoir quels séparatistes exactement sont responsables de l'attaque, a ajouté M. Kamal.

Le porte-parole de l'Armée de Libération nationale de la Papouasie occidentale, l'aile armée de la principale organisation séparatiste de Papouasie, n'a pas réagi dans l'immédiat.

L'attaque de samedi a été la plus meurtrière depuis mars lorsque huit employés des télécommunications ont été tués.

Les autorités indonésiennes ont dû faire face à des manifestations dans la province de Papouasie contre un projet de redécoupage administratif de cette région.

Ancienne colonie néerlandaise

Ancienne colonie néerlandaise, la Papouasie a déclaré son indépendance en 1961, mais l'Indonésie voisine en a pris le contrôle deux ans plus tard, promettant un référendum.

Ce dernier a débouché sur un vote favorable au maintien dans l'Indonésie, approuvé par les Nations unies à l'époque, mais toujours controversé.

La population mélanésienne locale, majoritairement chrétienne, a peu de liens culturels avec le reste de l'Indonésie, le pays qui compte la plus importante population musulmane du monde.