This content is not available in your region

En visite au Bénin, Emmanuel Macron compare la Russie à une puissance coloniale

Access to the comments Discussion
Par Raphaele Tavernier  & AFP
euronews_icons_loading
Patrice Talon et Emmanuel Macron à l'Elysée en novembre dernier
Patrice Talon et Emmanuel Macron à l'Elysée en novembre dernier   -   Tous droits réservés  Sarah Meyssonnier/AP

Après le Cameroun, Emmanuel Macron était ce mercredi au Bénin, nouvelle étape de sa première tournée africaine depuis sa réélection.

A Cotonou, le président français a rencontré son homologue béninois, Patrice Talon, avec au menu des discussions notamment, le soutien français à la sécurité au Bénin, pays victime d’attaques récurrentes perpétrées par des groupes armés.

Emmanuel Macron, président français : "Ce que nous voulons faire, c'est bâtir ensemble de manière très concrète la rénovation de la présence française et de ce partenariat en appui, en soutien : formation, équipement et accompagnement."

L’année dernière, pour marquer un renouveau des relations franco-africaines, la France avait restitué au Bénin 26 œuvres du trésor d’Abomey qu’Emmanuel Macron a pu apprécier lors d’une exposition au palais présidentiel de Cotonou.

Des œuvres pillés par les troupes coloniales françaises en 1892 ; la colonisation, le chef de l’Etat français l’a également évoqué, mais sous l’angle de la guerre en Ukraine.

Emmanuel Macron, président français : "La Russie a lancé une offensive contre l'Ukraine. C'est une guerre territoriale qu'on pensait disparue du sol européen. La Russie est l'une des dernières puissances impériales coloniales."

Emmanuel Macron avait déjà vivement critiqué Moscou mardi, lors de sa visite au Cameroun, et alors que le chef de la diplomatie russe est lui aussi en tournée en Afrique. 

Sergueï Lavrov avait alors estimé de son côté en Ouganda que la Russie n'était pas responsable des "crises de l'énergie et des denrées alimentaires", dénonçant "une campagne très bruyante autour de cela".